Live Report

FREEDOM CALL – HOLY CROSS - LA BOULE NOIRE - PARIS - 17/4/2014

 
C’est avec un enthousiasme tout mitigé (une fois n’est pas coutume mais iI faut bien l’avouer) que je me rends à la Boule Noire en ce 17 avril au doux parfum d’été. En effet, on m’a demandé de couvrir le passage des teutons de FREEDOM CALL dont le dernier opus Beyond ne m’a pas convaincu (au même titre que le reste de leur production d’ailleurs). Etant un vieux fan de Kai hansen et de ses diverses productions (celui-là même qui a retourné le TRABENDO la semaine dernière), je ne souffre plus l’écoute d’ersatz qui n’apportent rien au moulin, et sombrent rapidement mon esprit dans un ennui incommensurable ; mais bien entendu cela n’engage que moi et moi seul... C’est donc dans un esprit quelque peu retord que j’entre dans ce temple parisien dédié au meilleur de la musique (certains soirs). Partageant l’affiche des FREEDOM CALL on trouve les Stéphanois de HOLY CROSS, dont j’avoue ne pas connaitre grand-chose de leur production. Mais je me dis que la découverte n’en sera que plus belle sachant qu’ils évoluent dans un style plus proche de ma fibre maternelle à savoir un heavy Thrash bien couillu.

Il est 19h10 quand les HOLY CROSS débarquent sur la scène d’une Boule Noire n’ayant pas fait le plein avec une foule encore quelque peu clairsemée. Les Stéphanois, qui tournent depuis 2006, viennent défendre leur dernier opus Place Your Bets sorti fin 2013, et ce sera l’occasion pour moi de les découvrir tout simplement. Et là pour une surprise ! J’avoue que j’ai pris une belle démontée de cervicales assénée par 5 gus bien costauds et droits dans leurs pompes. A l’image de leurs titres très efficaces en live, il se dégage une putain d’énergie du set délivré ce soir par les frenchies.
La tribu annonce directement la couleur en envoyant un Bad Day qui fera mentir le titre tant son impact sur la fosse sera positif. Mickaël CHAMPON en frontman maitrisant son propos, harangue une foule réceptive et finalement sous le charme de l’énergie des HOLY CROSS. C’est bien lourd, rugueux et puissant, leur son est vraiment propre et clair. En deux mots : ça poutre !
Entre les riffs incisifs et implacables d’Adrien et Loïc, le rouleau compresseur conduit par Ludovic au fûts, et la basse bien claquée de Benoit, dernier arrivé dans la bande, on a un quintet solide et en total cohésion pour nous balancer un set sans accrocs. Une setlist de 9 titres calibrés et puissants oscillants entre un prog et un thrash métal bien senti (aux influences bien marquées).
Une présence sur scène impeccable, voilà ce qu’ HOLY CROSS nous a délivré ce soir. Au vu de la réaction du public je ne suis visiblement pas le seul à avoir grandement apprécié leur show. Il ne reste plus qu’à découvrir leur dernière galette studio. Bravo les gars !

Gros morceau de la soirée, les teutons de FREEDOM CALL attaquent leur set peu avant 20H30 devant une fosse qui ne sera pas complète ce soir. Mais peu importe, à l’apparition de Chris BAY et de ses acolytes, c’est une ovation non contenue qui accueille chaleureusement nos voisins frontaliers.

Dès les premiers accords de Union of the Strong il est clair que la sauce va prendre et la magie opérer entre le groupe et son public. Les teutons ont la banane. Ils sont visiblement heureux d’être là et l’osmose non feinte entre FREEDOM CALL et le public fait plaisir à voir.

En quelques minutes ils font tomber tous les doutes qui m’accompagnaient sur cette soirée. La qualité du set, de l’interprétation des titres joués ce soir et le mental du groupe ont eu raison de mes réticences. Plus de doute possible pour moi, FREEDOM CALL est avant tout un groupe de scène à n’en point douter où la qualité de leur jeu donne une toute autre dimension à leurs titres studios.

La complicité des gus sur scène et la convivialité de leur set est un vrai régal tant pour les yeux que pour les cages à miel. Les joutes entre Chris Bay et Lars Rettkowitz sont aussi amusantes que succulentes. Quant à Ramy Ali aux futs et Ilker Ersin à la basse, ils assurent à eux deux une section rythmique implacable.

Loin de la redondance et de l’ennui dans lequel les albums studios m’avaient plongé, la truculence et la dimension épique du groupe passent comme un mail dans ma boite d’envoi (personne n’envoie plus de lettre par la poste.

Loin de ménager leur peine, les FREEDOM CALL vont nous délivrer un set de près d’1h40 avec pas moins de 17 titres joués. L’euphorie est communicative, les blagues fusent, et la communication entre le public et le groupe est au top.
Proche et accessible les teutons enflamment sans peine la Boule Noire, faisant passer le temps à la vitesse du son. Même le passage de Chris Bay au piano sur des titres plus calmes, sur la fin du concert, passe bien pour ma pomme (c’est tout dire).


Le public parisien est conquis, la magie FREEDOM CALL a fait son œuvre. En véritables professionnels de la scène les teutons nous ont livré un set des grands soirs capable (j’en suis la preuve vivante) de rallier à leur cause le plus réfractaire des sceptiques. Une fois de plus le live révèle véritablement le talent d’un groupe et ce soir n’a pas dérogé à la règle. FREEDOM CALL est une grande formation de live. Je suis sous le charme !

Un gros merci à Base Productions qui continue de nous faire rêver et vibrer en programmant des dates de qualité.



Setlist

FREEDOM CALL


Union of the Strong
We Are One
Age of the Phoenix
Hero Nation
Tears of Taragon
Farewell
Beyond
The Quest
Warriors of Light
Heart of a Warrior
Power & Glory
Come on Home
Tears of Babylon
Freedom Call
Rappel:
Paladin
Warriors
Land of Light
Come on Home (Outro)

HOLY CROSS

Bad Day
From The Past to Dust
Iron Horse
Break Your Chains
Inner Jail
Place Your Belts
Realm Of Madness
Unleash The Cross
Twilight Of the Gods



 
Critique : Stephan
Date :
Vues : 1512 fois