Live Report

WARM-UP HELLFEST 2022 - Le Bataclan - Paris - 21/4/2022

 
J’arrive malheureusement trop tard pour la prestation de As They Burn, programmé assez tôt ce soir là. Concert dont on me dira le plus grand bien. Cette reformation du combo qui avait cessé ces activités en 2015 s’annonce donc sous les meilleurs auspices et on attend la suite (un album ?) avec impatience.

C’est toujours un grand plaisir que de voir les catalans de Crisix sur scène tant ceux-ci sont fun, généreux, avec en plus un sens de la fête qui n’étonne guère de la part de barcelonais. Leur tout récent album « Full HD » est peut-être le tout meilleur de leur carrière et le groupe nous en offre plusieurs extraits bien sentis. On a en outre droit à une super reprise du « Antisocial » de Trust qui rend tant le groupe que l’assistance hilare. Juli Bazooka, leur chanteur est dans une forme olympique, souriant à chaque fin de morceau et leur set s’avère plus qu’excellent. On aurait aimé qu’il dure plus longtemps tant le thrash moderne des catalans est jouissif. Un super concert qui donne envie de les retrouver sur une autre date du Warm up ou au Hellfest en Juin prochain.

Tagada Jones clôture les hostilités. On ne s’étonne guère que leur set soit excellent, Tagada n’ayant pas pour habitude de décevoir sur scène. Le groupe nous offre pas mal de titres de son dernier album sorti à l’automne 2020, « A feu et à sang » : « Nous avons la rage », « Le dernier baril », « De rires et de larmes »… Les slams succèdent aux slams avec une salle qui se révèle d’humeur festive. Celle-ci devient d’un coup plus sombre lorsque Tagada balance « Vendredi 13 », hommage aux victimes du Bataclan, tombés ici même il y a plus de six ans maintenant. Un souvenir qui aujourd’hui encore nous serre le cœur. Le combo achève son set par un « Mort aux cons » poignant et puissant. Un excellent concert que l’on aurait voulu là encore un peu plus long mais les sets du jour ont tous été programmés pour 40 minutes par groupe.

Heureusement la soirée ne s’achève pas à ce moment là et le concours de Air Guitar se poursuit. Celui black metal vaut, à lui seul, son pesant de cacahuètes.
Une super soirée avec un public ultra sympa et réceptif, des groupes généreux : on ne pouvait demander mieux pour lancer les festivités Hellfest.
 
Critique : Pierre Arnaud
Date :
Vues : 85 fois