Live Report

DARK TRANQUILLITY - ENSIFERUM - Élysée Montmartre - Paris - 24/4/2022

 
Dimanche 24 avril c'est une grosse soirée qui s'annonce à l'Élysée Montmartre avec pas moins de quatre groupes sur scène, dont deux premières parties pour les têtes d'affiche tournant ensemble depuis quelques mois Ensiferum et Dark Tranquillity.

De 18h40 à 19h c'est Tag my Heart, un groupe allemand que je ne connaissais pas du tout, mélangeant metal moderne, hip-hop et hardcore, qui débarque sur scène. Le groupe est récent, formé en 2020, leur attitude est énergique, la chanteuse charismatique avec un comportement badass contrastant avec un t-shirt avec écrit "amour" et "paix" dans plein de langues embarque le public et a réussi à lancer un circle pit dès le deuxième titre, elle est descendue plusieurs fois pogoter avec les spectateurs. Les musiciens sont également assez enjoués et bien dans leur rôle, chacun dans son propre style. La chanteuse a beaucoup aimé le sac à dos peluche Pikachu d'une spectatrice et l'a pris avec elle sur scène pour un titre. Le set fut court mais il a bien envoyé, c'est prometteur et je ne doute pas que l'on reverra Tag my Heart lors de festivals prochainement.

De 19h15 à 19h45 deuxième groupe de première partie et deuxième groupe allemand, du rock alternatif cette fois avec April Art, qui sonne un peu néo-metal, un peu pop, j'aurais envie d'appeler ça du "fitness metal" tant le groupe dégage un truc qui fait très sain, avec des sourires ultra bright, ils ont la pêche mais font très gentils et très lisses, tous de rouge vêtus. La chanteuse en tenue de sport (legging et brassière) rouge avec ses grandes dreadlocks également rouges dégage une grosse vibe de prof de zumba, c'est du metal et en même temps c'est très propre, il y a un côté "live love laugh" dans les chansons du groupe.
La chanteuse nous dit "Bonsoir Paris", puis nous dit que c'est tout ce qu'elle sait dire en français, et qu'elle espère qu'on l'aime toujours bien quand même, elle a une attitude très kawaï, on est face à un mélange singulier de headbang et de minauderies. À un moment elle nous dit "Nous sommes un groupe qui croyons en un futur coloré et positif, et c'est de ça dont parle la prochaine chanson", j'avoue qu'en ce soir de deuxième tour d'élections présidentielles on a été beaucoup à souffler du nez dans le public suite à cette déclaration. April Art n'est pas trop mon style, c'est un peu gentillet, et ce n'est pas vraiment la tessiture de voix qui me parle non plus, mais ça se regardait bien, le show était globalement bien exécuté, la voix était juste, le concert n'était pas super mémorable mais c'était frais.

De 20h à 21h ça y est, on passe aux choses sérieuses (la bagarre) avec le groupe de folk metal finlandais Ensiferum. L'arrivée du groupe se fait sur une longue intro et les musiciens sont acclamés par le public. Juste avant le début on apprend que Macron a gagné, et aussitôt le premier titre démarre, "Rum, Women, Victory". Coïncidence ? Absolument.
Rapidement des circle pits, walls of death, pogos et slams sont lancés, comme on pouvait s'y attendre avec Ensiferum, l'ambiance étant toujours pour le moins festive avec ce groupe de metal pagan qui échange beaucoup avec le public et incite sans cesse à l'agitation (voire au zbeul, osons le dire). De nombreuses personnes se succèdent sur scène et on voit réapparaître certains spectateurs habillés, puis torse nu, puis torse nu et en sueur, je croise les doigts pour que ce ne soit pas en caleçon sur le titre suivant. Le shoot est sportif car il n'y a pas de pit photo ou de crash barrière (comme c'est de plus en plus le cas ces derniers temps pour des raisons de budget pour les orgas). Les Finlandais nous disent qu'ils sont contents de nous voir, nous regardent quand la salle est allumée, échangent souvent leur place pour pouvoir venir se poster devant différents spectateurs, après les avoir vus en septembre au Mennecy Metal Fest je connais déjà un peu leur show et leur setlist, d'autant plus qu'ils étaient déjà en co-headline avec Dark Tranquillity à ce moment. Cependant les lumières et le son sont meilleurs qu'au festival pour Ensiferum, et je ne me prends pas trop de spectateurs volants sur le coin du museau grâce à un fan qui me protège un peu des pogos et me tapote l'épaule chaque fois qu'un slammeur arrive, merci l'ami, c'est toujours appréciable quand il y a une ambiance de camaraderie pendant un concert ! Certains titres enflamment clairement le public comme jamais et déclenchent des réflexes pavloviens, comme "Into battle", par moments on voit carrément passer deux slammeurs empilés, créatures à quatre bras et jambes, ça a l'air pratique comme affaire. Quand le chanteur amène une épée et entame "In my Sword I trust" (logique pour un groupe qui s'appelle "sword bearing" en latin non ?) l'enthousiasme du public est à son comble, ainsi que pendant un titre sur lequel le public s'est assis et a ramé, petit moment classique et ludique de rigolade ensiferumesque. Le set faisait la part belle à l'album "Thalassic", avec quatre titres.

J'ai davantage apprécié leur concert qu'au Mennecy alors qu'il était assez semblable mais le fait que le son soit mieux mixé joue beaucoup, j'avais retiré une impression plus chaotique du concert de septembre (même si c'était quand même suffisamment chaotique ce soir pour les personnes qui se sont pris en pleine face des slammeurs qui se sont jetés dans la foule sans vérifier s'ils allaient être rattrapés, de côté c'était drôle à voir mais quand même ouch de compassion).

Setlist : Intro) Seafarer's Dream 1) Rum, Women, Victory 3) Andromeda 4) One more Magic Potion 5) Into Battle 6) For Sirens 7) Run from the Crushing Tide 8) Treacherous Gods 9) In my Sword I trust 10) Lai Lai Hei 11) From Afar

De 21h15 à 22h30 la deuxième tête d'affiche finlandaise, Dark Tranquillity, prend la suite, la soirée se déroule sans accroc, les timings sont parfaitement respectés, pas de problème technique à noter, c'est agréable.
Les musiciens de Dark Tranquillity prennent possession de la scène, et c'est parti pour 1h15 de melodic death melo... et de speech, Mikael Stanne est en verve ce soir, il nous dit plusieurs fois à quel point il est heureux d'être de retour à Paris, qui est sa ville préférée - puis se rattrape en disant que c'est en fait sa deuxième ville préférée car il est né dans un endroit très cool, il nous parle d'un membre du groupe (Chris Amott) qui n'a pas pu être là car il est récemment devenu papa, tout le monde applaudit, et il nous présente le guitariste qui le remplace, Joey Concepcion. Je passe des boules Quies à mon protecteur du concert précédent, échange de bons procédés.
C'est peu ou prou la même setlist et les mêmes interactions que pendant le Mennecy Metal Fest,
j'apprécie beaucoup le concert mais là pour le coup c'est l'inverse par rapport à Ensiferum, les lights et le son sont moins bien qu'au Mennecy Metal Fest, du coup je finis par m'éloigner un peu - d'autant qu'au premier rang plusieurs fanboys d'1,90m photographient ou filment chaque minute du concert en se mettant vraiment devant la tête des gens et en prenant beaucoup de clichés flous sans jamais se lasser, allons donc voir au fond de la salle ce que ça donne en vue globale, et au stand de merch' s'il y a de jolis t-shirts trop chers (si si, 30€ pour un t-shirt basique c'est trop cher, ça devrait être le prix d'un sweat-shirt ça)...

Je pense qu'on peut accorder à Stanne la palme du chanteur le plus accueillant avec les slammeurs, qui forcément affluaient d'autant plus, il tirait les gens par le bras pour les amener sur scène, les saluer, éventuellement les faire danser avec lui, il a par exemple fait mine de dédier une ballade à une fan qui était aux anges, on peut dire que c'est un groupe vraiment disponible pour son public ! La setlist fut équilibrée, faisant surtout honneur à "Moment" avec quatre titres, et "Atoma" et "Fiction" avec trois titres. Le titre "Punish my Heaven" fut dédié à Fredrik Johansson, ancien guitariste du groupe, décédé le 25 janvier 2022. C'était un fort beau concert malgré un son pas toujours au top, Dark Tranquillity reste une valeur sûre en live avec des prestations toujours de qualité.

Setlist : 1) Phantom Days 2) Transient 3) Focus Shift 4) Monochromatic Stains 5) Forward Momentum 6) Terminus (Where Death is most Alive) 7) The Dark Unbroken 8) Punish my Heaven 9) Atoma 10) The New Build 11) Identical to none 12) Encircled 13) Lost to Apathy 14) Misery's Crown
 
Critique : Elise Diederich
Date : 24/4/2022
Vues : 70 fois