Live Report

ORANSSI PAZUZU - La Maroquinerie - Paris - 14/5/2022

 
Tout vient à temps à qui sait attendre. Après deux reports en octobre 2020 et mai 2021 pour cause de pandémie, ce concert des Finlandais de Oranssi Pazuzu nous arrive enfin. Un grand merci encore à Garmobonzia Inc pour nous offrir de telles affiches. Car celle de ce soir vaut vraiment le déplacement et c’est peu de le dire.

On démarre les hostilités avec le Norvégien Sturle Dagsland. Auteur d’un fort intéressant premier album sorti en février 2021, Sturle nous offre un set captivant. Sa musique est totalement inclassable car elle explose toutes les frontières musicales. Seul sur scène avec un comparse il bidouille de petits synthés qui envoient une musique hors des sentiers battus. C’est totalement barré et franchement expérimental. L’expérimental peut parfois être chiant mais ce n’est pas du tout le cas avec la musique produite par Sturle, une musique qui intrigue et qui vous emmène dans un voyage mental hors norme.

Les Brésilien de Deafkids qui suivent, existent depuis maintenant une dizaine d’années. Le groupe formé à Volta Redonda s’est depuis installé à Sao Paulo. Deafkids nous a offert depuis ses débuts des disques hyper intéressants entre noise, punk, expérimental et psychédélisme. Le set de ce soir est plutôt orienté trance psyché. La batterie, les tambours et autres tam-tam vous entrainent vers une longue montée hypnotique. Peut-être n’avait-on encore jamais autant senti la fibre brésilienne du groupe que ce soir-là. Deafkids nous fait l’effet d’un shaman qui nous emmènerait avec lui vers une transe extatique. Prenant et jouissif.

Oranssi Pazuzu avait sorti en 2020 avec « Mestarin Kynsi » l’un des meilleurs albums de cette année-là tous genres musicaux confondus. Depuis ses débuts en 2007 les Finlandais ont acquis un statut de groupe culte. A l’écoute de leur concert du soir on comprend aisément pourquoi. Le combo de Tampere fait partie de ces rares groupes à avoir inventer un genre qui n’existait pas jusqu’alors, en l’occurrence : le black psychédélique. On pourrait dire que Oranssi Pazuzu c’est la rencontre de Pink Floyd et Mayhem, ce qui serait déjà fort beau mais c’est encore mieux que ça. Car la musique des Finlandais nous emmène loin, très loin. C’est beau, intense, hypnotique et très fort tant mentalement que musicalement. Le chant hérité du black se marie à la perfection aux guitares psychédéliques. Les synthés sont utilisés avec une intelligence rare et accentue encore davantage s’il était possible le sentiment d’hypnose.
Le groupe ne joue que des titres tirés de ces deux derniers albums, « Värähtelijä » et « Mestarin Kynsi » ce qui crée une unité et une cohérence encore plus forte. Les morceaux s’étirent sur de longues minutes et nous font plonger encore plus profondément dans ce voyage quasi irréel et de toute beauté.
Lorsque le groupe quitte la scène, on reste abasourdi, scotché d’avoir vécu ce moment hors norme.
 
Critique : Pierre Arnaud
Date : 14/5/2022
Vues : 2045 fois