Live Report

SAXON - VICTORY - Le Trianon - Paris - 9/12/2022

 
C'est un concert complet qui s'annonce au Trianon ce vendredi soir, et à 18h30 la file d'attente s'étend déjà sur une bonne partie du boulevard de Rochechouart, dans un froid plutôt piquant. Les fans des Britanniques de Saxon ont répondu à l'appel de la NWOBHM (New Wave of British Heavy Metal bien sûr) et comptent bien profiter de la soirée. Qui démarre à l'heure dite malgré un petit retard à l'ouverture, avec les Allemands de Victory sur scène à 19h tapantes, pour 45 minutes d'un set entre metal, hard rock et heavy metal. Le groupe se compose d'un chanteur, de 2 guitaristes, d'un bassiste et d'un batteur. Le chant est clair mais avec un grain un peu rauque, selon les morceaux on est sur une veine UDO, Whitesnake, Doro ou encore Foreigner. Certains membres du groupe sont vêtus dans un style texan, cow-boy chic. Ça s'écoute et se regarde plutôt bien (hormis quelques solos de guitare un peu poussifs), le chanteur a du coffre, parfois les autres musiciens poussent aussi la chansonnette pour des chœurs entraînants, et la vibe 80s / 90s me plaît plutôt bien. Certains titres sonnent comme des génériques de série, façon power ballads, ça manquerait presque de ventilateurs pour remuer les cheveux des guitaristes. Le groupe est avenant, souriant, et le son un peu vintage doit pouvoir trouver des gens réceptifs vu le nombre d'hommes à frange présents au Trianon ce soir ! Moi en tout cas je suis agréablement surprise par ce groupe que je ne connaissais absolument pas

Les maîtres de cérémonie du soir Saxon commencent leur set à 20h15, qui s'ouvre sur "Carpe Diem", premier titre du dernier album éponyme, et le message "Seize the Day" s'affiche fièrement au-dessus de leur nom sur la bannière de fond de scène. Biff Byford au chant, Paul Quinn et Doug Scarratt à la guitare, Nibbs Carter à la basse et Nigel Glockler sont acclamés et c'est bien justifié, tant allure et talent sont présents dès les premières notes du concert. La setlist, que j'ai aperçue collée sur la scène, est plus qu'alléchante, mêlant titres récents et grands classiques, et faisant la part belle au dernier album que j'ai à titre personnel beaucoup aimé. Le chanteur et frontman est en forme, n'hésitant pas à headbanguer et sauter sur place, tous les musiciens sont hyper chaleureux et expressifs, des showmen incroyables, qui livrent une performance épatante pour un groupe actif depuis plus de 40 ans (et qui fêtera même ses 50 ans d'existence en 2025). Les riffs et les mélodies sont imparables, le batteur semble infatigable, la voix de Byford est féroce, puissante et juste. Ces mecs sont vraiment des seigneurs, alliant classe et musicalité redoutable, le tout sans avoir pris la grosse tête, ce qui n'est pas donné à tous les groupes connus de heavy metal et hard rock de cette époque (on ne citera pas de noms, mais vous en avez tous qui vous viennent en tête, c'est sûr). Le chanteur provoque le public en parlant du match de foot France-Angleterre de demain... Son petit accent british de gentleman lors de ses interventions est très agréable. Il fait réclamer au public "Broken Heroes", et le Trianon s'emplit de cris enjoués. Les solos de Saxon sont incroyables, originaux et très galvanisants, et la chanson "Broken Heores" est à la fois entraînante, psychédélique et douce, avec des petits côtes prog qui viennent se mêler au heavy.
Byford nous raconte que quand il vivait en Normandie il amenait ses enfants aux shows à Paris et qu'ils avaient l'habitude de s'endormir dans l'espace bar. Il présente de temps en temps les titres avant de les jouer et met encore plus l'ambiance en relançant le public (qui n'avait pas spécialement besoin de ça). Il nous dit que c'est plaisant de voir des personnes de nombreuses générations dans le public. À 21h55 il nous dit qu'ils vont jouer encore une chanson... Encore deux chansons... Encore dix chansons ! Et nous traite de "crazy bastards" comme nous sommes prêts à en vouloir encore et encore.
Au final cette date du "Seize the Day Wolrd Tour" nous offrit presque 2h d'un show où la convivialité et l'énergie ne faiblirent pas au fil des titres, merci messieurs, Saxon est bel et bien une valeur sûre ! Ça fait un bien fou de voir un tel esprit metal, plein d'authenticité et de conviction, un groupe qui est resté fidèle à lui-même à travers les décennies.
Le final fut sur "Princess of the Night", dans la fumée colorée.
Merci GDP pour l'accréditation qui m'a permis de profiter de cette belle soirée.

Setlist : 1) Carpe Diem (Seize the Day) 2) Sacrifice 3) Age of Steam 4) Never Surrender 5) I've Got to Rock (To Stay Alive) 6) Dambusters 7) The Thin Red Line 8) Living on the Limit 9) Dallas 1 PM 10) Heavy Metal Thunder 11) Metal Head 12) Broken Heroes (The Eagle has landed) 13) Black is the Night 14) And the Bands played on 15) Wheels of Steel

Rappel : 16) The Pilgrimage 17) Strong Arm of the Law / Solid Ball of Rock 18) 747 (Strangers in the Night)

Deuxième rappel : 19) Denim and Leather 20) Princess of the Night
 
Critique : Elise Diederich
Date : 9/12/2022
Vues : 92 fois