Live Report

Rock à L'Usine - Jour 3 - L'Usine (Istres) - 13/5/2023

 
Et oui c’est passé vite, mais toutes les bonnes choses ont une fin. Le Rock à l’Usine s’apprête à baisser le rideau sur cette édition 2022, avant une édition 2023 déjà en préparation, avec une affiche trois étoiles ! Deux poids très lourds du metal viennent faire trembler les murs de cette grande battisse.
A en juger par l’affluence dès l’ouverture des portes je peux vous dire que cette soirée s’annonce (et sera) dantesque. Malgré une petite prise de retard, tout se déroulera selon un timing digne d’une horloge suisse.

C’est donc à ASHEN, jeune formation parisienne de venir chauffer un public déjà bien présent. Rien à voir avec les autres soirs ! Bien que court le set du quintet était vraiment impressionnant. Jouant sur le créneau cybernétique, I.A, le métal teinté d’électro du combo fait mouche direct ! Une voix impeccable aussi bien en clair qu’en growl, des guitares lourdes avec des riffs puissants, une grosse claque à n’en pas douter. A suivre si vous aimez le bon gros son moderne !

Pas le temps de tergiverser trois plombes parce que ce soir c’est enchaînement ! On continue avec et bien… Vous l’avez deviné : des français ! C’est RESOLVE qui maintiendra au chaud le public qui a encore un peu grandi depuis tout à l’heure.
D’ailleurs un grand merci au chanteur pour avoir remercié et félicité le public d’avoir fait le déplacement ! Car oui il a raison : c’est en se déplaçant en masse comme ça que l’on pourra montrer aux groupes internationaux qu’il y a bel et bien une scène dans le Sud ! Merci pour le message !
Pour en revenir à la musique : ça défonce ! Une énergie démentielle est développée sur scène et elle sera transmise au public qui se lâche de façon magistrale. Leur metal est puissant et varié s’autorisant des passages rocks. Le final en semi acoustique était très agréable. Le seul bémol venait du son. Les guitares étaient parfaites mais on entendait bien trop la basse. Beaucoup trop. Mais cela n’enlève rien au talent du combo qui a assuré un set génial !

Petite pause hydratation, car oui, la température monte en flèche dans la salle. Mais là on va passer un cap. Foule très compacte, tension palpable, scène très colorée. On y est. RISE OF THE NORTHSTAR s’apprête à venir défendre son dernier, excellentissime, opus : « Showdown ».
Après une bonne intro le groupe arrive dans leurs tenues si caractéristiques, et c’est parti pour une bonne heure de chaos !
Déjà l’enchaînement « vShowdown », « Third Strike » et « Here Comes The Boom » a l’effet d’une bombe. Le public se transforme alors en geyser humain. Ça slam, pogotte, c’est, comme je le disais, le chaos.
N’oublions pas que le groupe n’a que trois albums à son actif et déjà de nombreux classiques. Les « Nekketsu » ou encore « Demonstrating My Saiya Style » ont mis tout le monde d’accord tout comme « One Love ».
Il manquera malheureusement Air One qui s’est blessé, et le groupe joue l’honnêteté et la transparence à ce sujet. Respectueux effort et qui a donné l’occasion au public de l’Usine de rugir pour lui souhaiter un bon rétablissement.
Le groupe assure un show dantesque avec un son parfait ! Eva-B assure les parties de guitare à la perfection quand Vithia arpente la scène comme un possédé pour s’assurer que le public se lâche comme il se doit ! Quel charisme !
C’était un concert de furieux, ROTNS est un vrai rouleau compresseur et confirme qu’il est un poids lourd de la scène française (et internationale) et on a hâte de les revoir à Nîmes cet automne ! Et comme nous l’a confié l’adorable Eva-B après le concert, ils auront un set plus long et joueront plus de titres du dernier opus. Je me suis ultra régalé de l’excellent « Rise » et il est vrai que j’aurais bien apprécié un « Crank It Up », mais ça sera pour plus tard.

Pas le temps de souffler il faut se mettre en place pour la tête d’affiche. C’est à WHILE SHE SLEEPS qu’incombe la tâche d’achever le public. Et bien je vais vous le donner en mille : ils ont tout détruit. Je n’ai jamais vu l’Usine aussi pleine et autant en effervescence. C’était un bordel innommable, ils faisait une chaleur suffocante, ça slamait à n’en plus finir, on avait carrément un public à deux étages.
Les anglais maîtrisent leur sujet. Je pensais pas qu’après notre pépite nationale précédente on pouvait encore monter d’un cran. Et bien si. Le son est excellent, les lights magnifiques et le chanteur Lawrence « Loz » Taylor est un monstre impérial, aussi bien sur le showmanship que sur la voix. Il m’a scotché.
Étant tout à fait novice sur le combo je découvre le metalcore de haut volée qu’ils me proposent et c’est délectable. Au hasard : « Four Walls » ou « Know Your Worth » m’ont régalé.
Quelle claque mes amis ! Mais quelle claque ! Et quelle soirée !! Elle restera dans les annales !

Et voilà… C’est fini. Bien qu’irrégulier, ce festival s’est terminé en apothéose. La soirée de clôture était tout bonnement dantesque.
Merci à l’Usine d’avoir organisé tout ça, et merci aussi d’avoir mis à l’honneur des formations françaises de talent, révélant, s’il était encore nécessaire, la qualité de la scène nationale.
Merci à tous les groupes, tous les amis, pour ces trois jours !
A l’année prochaine !

SETLIST RISE OF THE NORTHSTAR  :

INTRO
1. The Anthem
2. Showdown
3. Third Strike
4. Here Comes The Boom
5. Welcame
6. Bosozoku
7. This Is Crossover
8. Samourai Spirit
9. One Love
10. Nekketsu
11. The Legacy Of Shi
12. Demonstrating My Saiya Style
13. Rise
14. Again and Again
OUTRO

SETLIST WHILE SHE SLEEPS :

1. Sleeps Society
2. Anti-Social
3. You Are All You Need
4. The Guilty Party
5. I’ve Seen It All
6. Eye To Eye
7. You Are We
8. Four Walls
9. Know Your Worth
10. Fakers Plague
11. Hurricane
12. Silence Speaks
13. Enlightment (?)
14. Systematic

 
Critique : SBM
Date : 13/5/2023
Vues : 332 fois