Live Report

CELLAR DARLING - IAMTHEMORNING - Backstage By The Mill - 24/10/2023

 
C'est parfaitement assurée de passer une bonne soirée que je me dirigeais vers le Backstage by the Mill le 24 octobre dernier, puisque j'allais y voir le groupe Cellar Darling que j'affectionne beaucoup, et même revoir d'ailleurs, car c'était déjà dans cette même salle de concert que j'avais pu voir la formation suisse l'année dernière : on ne change pas les bonnes habitudes ! Je ne m'étais pas renseignée sur les groupes se produisant avant pour cette « soirée automnale », et j'étais prête à me laisser surprendre.

Déjà il fallut se frayer un chemin jusqu'à une place avec un semblant de vue sur la scène, car déjà bien avant l'ouverture de la salle de concert les fans se tassaient dans la partie bar du Backstage en serpentin de plus en plus long. Heureusement j'ai pu accéder à un espace entre deux têtes au troisième rang afin de découvrir le premier groupe de la soirée, Iamthemorning, venu de Russie mais basé au Royaume-Uni en raison de la situation politique du pays d'origine des deux membres fondateurs, la chanteuse Marjana Semkina et le claviériste Gleb Kolyadin. Sur scène le noyau dur était accompagné d'un guitariste et d'un batteur. De prime abord ce qui nous a un peu tous frappés dans le public, c'est la mignonnerie absolue du plateau, massivement orné de fausses fougères et fleurs, de guirlandes de lumignons, de petites citrouilles avec des visages dessinés au marqueur ou des googly eyes mobiles collés... Un décor vraiment adorable, qui allait parfaitement bien avec l'attitude du groupe : en effet Marjana était très volubile et fantasque, s'exprimant beaucoup entre les titres, nous racontant que les chansons allaient parler de la mort, de gens qui étaient morts, et d'autres qui allaient mourir, le tout avec un grand sourire ravi. Ou encore elle nous expliquait qu'ils avaient fui la Russie pour aller vivre dans un pays qui subissait le Brexit, ou encore que c'était normal de n'écrire que des chansons glauques sur les enfants qui meurent quand on a connu le trauma de grandir en Russie. Le mélange de rock prog, pop, ambient était vraiment ravissant et charmant, les musiciens étaient tous plus souriants les uns que les autres, cultivant cet aspect mignon-bizarre avec leurs petites citrouilles kawaï pour fêter cette dernière date de tournée, proche d'Halloween, et multipliant les sorties d'humour noir et morbide. Meilleure blague du concert-stand up : quand Marjana nous a dit qu'elle aimait bien raconter que pour pouvoir faire cette tournée et partir de Russie elle avait dû épouser Anna Murphy, puis en ajoutant que c'était malheureusement faux... Mais qu'elle aimait bien dire ça pour se jouer des clichés sur les mariages arrangés avec les femmes russes. Marjana nous a incités plusieurs fois à aller leur acheter du merch' car la tournée leur avait coûté énormément d'argent, et ce point-là en revanche avait encore moins l'air d'être une blague que le reste, et il émanait une certaine détresse de ce propos... Le public fut réceptif aux douces mélopées de Iamthemorning, au show tout en délicatesse et poésie, aux danses et mimiques de Marjana qui avait des airs d'elfe sylvestre avec des longues dreads blondes, son regard mutin et ses tatouages végétaux sur les bras. Vers la fin du set Anna Murphy de Cellar Darling a fait irruption sur scène pour surprendre Marjana, qui nous a expliqué qu'elles se faisaient des blagues pendant la tournée, pour se déranger un peu mais sans se déconcentrer non plus, bref ambiance amicale et légère à travers laquelle l'on percevait parfaitement l'entente entre les groupes.

Setlist : 1) Scotland 2) Too many years 3) To Human Misery 4) Chalk and Coal 5) Os Lunatum 6) Libretto Horror 7) Sleeping Beauty 8) Blue Sea 9) Freak Show 10) 5/4 11) Ghost of a Story 12) K.O.S.

Ce qui explique parfaitement que le deuxième groupe à se produire, Maer, soit en fait la réunion des deux chanteuses, Anna Murphy et Marjana Semkina ! Elles furent accompagnés par les musiciens live de Iamthemorning, mais le cœur de leur projet est un duo, de dark folk et musique de chambre, mêlant voix féminines et vielle à roue, toujours dans des ambiances sombres, romantiques, dramatiques et passionnées, propres à Cellar Darling et Iamthemorning. La transition entre les sets se fit d'une façon si fluide que le public est resté dans une atmosphère similaire, sans rupture, sans changement de plateau, et ce concert fut davantage un interlude qu'un show à part entière car le projet musical des deux musiciennes est tout récent, et Anna Murphy nous a expliqué à quel point cela lui tenait à cœur de pouvoir être là devant nous avec ses camarades de Maer, comme elle était heureuse de pouvoir tourner avec ces personnes, et qu'on apprécie les morceaux qui étaient présentés à nous ce soir. Les trois titres qui nous furent présentés, un peu comme un avant-goût donnant envie de plus, répondaient aux noms de « Sister », « The Willow » et « Poisoned Waters ».

Après autant de douceur, de bienveillance, de drôlerie et de mélancolie, tout le monde était plus que prêt à continuer sur cette lancée, et le moins que l'on puisse dire est que nous fûmes servis. Les trois anciens membres du groupe Eluveitie, Anna Murphy au chant, à la vielle à roue, au clavier et à la flûte traversière, Ivo Henzi à la guitare, et Merlin Sutter à la batterie, sont accompagnés sur cette tournée par Michel Gsell à la basse. La batterie prend pas mal de place à droite de la scène et est relativement visible et bien éclairée, ce qui est plaisant et loin d'être toujours le cas, quant à Anna Murphy, elle est installée à gauche, entouré de ses nombreux instruments entre lesquels elle switche allègrement, ce qui est toujours impressionnant à voir : son apparente facilité à chanter, puis jouer des airs de flûte traversière, pour enchaîner sur de la vielle à roue avant de lâcher deux-trois blagues à l'auditoire comme si de rien n'était, voire en s'excusant de ne pas avoir été parfaite sur un nouveau titre, c'est toujours une leçon de talent et d'humilité ! Les ornements végétaux et les guirlandes, ainsi que les petites citrouilles, amènent vraiment un petit plus au charme de ce décor intimiste et poétique, en effet lors du dernier passage du groupe suisse au Backstage, le décor était moins fouillé, et même s'il n'y a pas besoin de beaucoup d'effets pour mettre en valeur le talent de ces musiciens, ces agencements semblèrent plaire au public. Même si les spectateurs et spectatrices avaient été ravies par les belles entrées en matière que furent Iamthemorning et Maer, on sentait bien que la tension était montée d'un cran et que tout le monde était là pour Cellar Darling. Il faut dire que dès les premières notes, c'est l'enchantement, produit par la pureté de la voix d'Anna, alliée aux mélodies prog et folk harmonieusement jouées par le clavier, la guitare, la batterie, la flûte traversière, la basse et la vielle à roue. Même si le set ressemblait beaucoup à celui de l'année passée, dans le même lieu, je n'ai eu aucun sentiment de redite, car j'ai été transportée dès le début dans l'univers intense et beau, romanesque et cruel de Cellar Darling. Tout sonne juste, tout est incarné, rien n'est en trop, que ce soit lors des morceaux ou pendant les interludes où Anna Murphy s'adresse au public, d'une façon si fraîche et accessible, que tout le monde l'écoute religieusement dans un calme impressionnant, tous des premiers de la classe. Les tubes des albums « The Spell » sont joués assez tôt dans le set, et les quatre titres issus de l'album précédent, « This is the Sound », sont interprétés en fin de set, avant qu'un autre titre de « The Spell », « Avalanche », ne close ce concert superbe. Nous eûmes droit à un titre pas encore enregistré, « Drone », concernant lequel Anna Murphy semblait désireuse de connaître notre avis, afin de savoir s'il fallait l'enregistrer ou non : la réponse fut un oui franc et massif, évidemment. Le public s'amusa de la présentation d'un titre par Anna Murphy comme « l'histoire d'une jeune femme qui tomba amoureuse de la mort », décidément, les groupes s'étaient bien trouvés avec Maer, l'on avait là un fil conducteur bien solide et funeste ! Après environ une heure et demie qui s'est écoulée sans que je ne ressente la moindre longueur, et j'ai la sensation que ce fut un sentiment partagé par toute l'audience, les membres de Cellar Darling, ainsi que de Iamthemorning, vinrent nous saluer, nous laissant repartir, des étoiles dans les yeux, les oreilles encore bercées de sonorités enchanteresses. Au plaisir de les revoir encore, dès que possible !

Setlist : 1) Dance 2) Pain 3) Insomnia 4) Death 5) Love 6) The Spell 7) Drone 8) Avalanche 9) Black Moon 10) Hullaballoo 11) Redemption 12) Freeze

Merci à Garmonbozia pour l'accréditation.
 
Critique : Elise Diederich
Date : 24/10/2023
Vues : 131 fois