Live Report

TAMBOURS DU BRONX - KLONE - Le Trianon - Paris - 31/3/2024

 
En ce dimanche pascal après la chasse aux œufs place le soir à ce concert à l’affiche on ne peut plus éclectique.

On manque malheureusement les très bons toulousains de Psykup programmé hyper tôt. Les Italiens de Nanowar of Steel donnent comme toujours un show fun, festif et délirant. Dans le style metal parodique ils sont devenus parmi ce qui peut se faire de mieux en Europe. Le set du groupe est très (trop) court. Du coup les Italiens nous offrent un best-of avec les désormais célèbres « The Call Of Cthulhu », « Il cacciatore della notte » et les incontournables « Norwegian Reggaeton » et « Valhalleluja ». Les Romains prouvent une fois encore leur éclectisme et leur grande culture musicale avec une reprise de Brassens, « Brave Margot ». On passe évidemment un moment fort plaisant en leur compagnie.

Klone qui suit est devenu depuis maintenant un grand nombre d’années un groupe monstrueux sur scène. Il faut dire que les musiciens du combo poitevin sont tous de sacrées pointures : de Guillaume Bernard à la guitare à Enzo Alfano à la basse, de Morgan Berthet à la batterie à Aldrick Guadagnino à la seconde guitare en passant par Yann Ligner au chant on a affaire à du très solide. Klone puise principalement pour la set-list du soir dans ces deux derniers albums, les formidables « Le Grand Voyage » et « Meanwhile ». On est à mi-chemin du rock progressif et du metal. Les envolées guitaristiques sont superbes et le chant de Yann Ligner exceptionnel, qui nous emporte loin, très loin. Klone crée une synthèse parfaite entre les atmosphères planantes et atmosphériques propre au rock prog et à la puissance du metal. Les cassures rythmiques sont splendides. Du grand art.

On termine cette belle soirée avec la version metal des Tambours du Bronx. En voyant arriver Franky Costanza (ex Dagoba, Blackrain) derrière les fûts on se demande si cette soirée n’est pas celle d’une master-class batterie car Franky et Morgan de Klone peuvent assurément prétendre au titre de meilleur batteur français.

Les Tambours du Bronx dans leur version non metal sont déjà impressionnants mais dans celle metal c’est une vraie tuerie. On est scotché par la puissance sonore qui déferle sur nous dès le début du show comme l’impression d’une tornade qui nous emporterait au loin. Reuno de Lofofora et Steph Buriez de Loudblast au chant sont tous deux dans une forme olympique. La frappe de métronome de Franky Costanza appuie avec intelligence et magnifiquement le bruit des tambours. Du début à la fin

Un concert de haute volée et plein d’énergie de la part de formidables musiciens au sommet de leur art. Un très grand moment.
 
Critique : Pierre Arnaud
Date : 31/3/2024
Vues : 97 fois