Chronique

TALL STORIES - SKYSCRAPER / Frontiers records 2009

Cette formation Américaine très peu connue nous revient avec un nouvel album pour le plus grand plaisir des amateurs de hard rock. A noter que Steve Augeri (Journey) est toujours présent derrière le micro, ce qui est déjà un gage de qualité.

Un petit « Tomorrow » débarque doucement, puis le tout s’emballe dans un hard rythmé et de très bonne qualité. Un premier titre percutant où Steve réalise le travail qu’on attend de lui. Le refrain simple ne casse pas des briques mais ne brise pas non plus les bonnes intentions de la formation. Titre plus bluesy avec « Clementine » (ah ce prénom me rappelle de bons souvenirs !) qui sent bon le grand Led Zeppelin (ce qui me réjouit que plus). J’avoue que je découvre ce groupe et que franchement voilà une très bonne découverte, ça fait quelque temps que chez Frontiers ils ne nous avaient pas proposé un groupe comme ça !! Steve se la joue animal à la Robert Plant avec une forte réussite.
« Original sin » ne change pas de bonne humeur, avec un titre plus lourd à l’esprit rock prog des 70’s. Une petite bizarrerie qui étonne mais franchement ne gâche toujours pas notre plaisir. Trois titres, trois styles différents, putain qu’est-ce que c’est bon !! Avec « All of the world » on semble replonger dans l’AOR soft, une sorte de ballade rock, rien de transcendent, juste un moment plus mélodique.
Percussions africaines en ouverture du « Pictures of summer » où l’acoustique est reine. Entre Badland et Led Zeppelin, ce titre nous fait voyager, comme cela faisait bien longtemps que je ne l’avais plus fait. Un titre résolument excellent qui donne une couleur et une chaleur exquise. Le bon hard rock remuant revient sur un « River rise » qui lorgne toujours avec brio vers les années 70’s (on pense aux premiers Queen !). Décidément on passe de bonnes surprises en bonnes surprises : Quel pied !!
Ambiance plus country (et bien que de voyages) avec ce « No justice » qui poursuit donc notre découverte fort attrayante. Steve prend un malin plaisir à gémir comme Plant, ce qui procure en moi des frissons comme si la légende chantée elle-même. Retour des percus pour « Etrenal light » mais cette fois-ci il n’est point question d’acoustique mais bel et bien de hard. Incontestablement le dirigeable a influencé nos gaillards tant chaque intervention est un hommage !
Ouf « Stay » est encore une réussite. Un début tout calme puis ça part sans prévenir et vous, vous êtes aux anges ! Finalement, les années ont beau passer, avancer, le meilleur reste bien l’ancienne musique, les bases, qui même modernisée reste l’éclate totale. Quand on parle de bases, un bon vieux blues, à la dobro pour « you shall be free » qui nous replonge il y a de cela fort longtemps. Que dire de plus que génial, exquis, sérieux quel pied, quelle joie de réentendre cette si bonne musique jouée par des musiciens complets et talentueux ! Je ne suis que plus ému.
Il faut bien terminer, même si on aimerait que ça dure toujours et quelle fin mes aïeux !! « Superman » est encore un blues mais, putain quel blues, il fera se rhabiller un Eric Clapton en deux secondes. Je ne sais quoi dire tant tous mes sens sont en ébullition !! Un titre qui résume bien l’album : monstrueusement génial

Conclusion : voilà une excellente découverte, un album extraordinaire comme ça faisait trop longtemps que je n’avais pas écouté. Si vous aimez la très bonne musique des 70’s, si Badland et Ray Gillen vous manquent, ce Tall Stories devrait vous consoler. A acheter d’urgence pour tous les fans de bonne musique tout simplement.
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 1013 fois