Chronique

JOHN WETTON & GEOFFREY DOWNES - ICON 3 / Frontiers Records 2009

Au webzine, on aime l’espoir, oui vous savez celui qui existe quand on découvre un projet plutôt moyen, mais avec de sacrés arguments. Aujourd’hui c’est le cas de cet Icon, qui m’avait plu moyennement avec son premier album, puis avait enchaîné avec un live acoustique à endormir un mort, et un deuxième album qui ne casse pas trois pattes à un canard unijambiste.
Mais comme je l’ai dit plus haut, ce duo qui a constitué un grand moment chez Asia, va un jour arriver à nous faire un bon album ; donc essai n°3 :

Un petit « Twice the man as was » va être notre élément de réponse. Un bon titre d’ouverture mélodique et rythmé ce qu’il faut qui rappelle bien Asia. Est-ce que cette fois ci le groupe aura de bonnes idées ? En tout cas ce premier titre est bien positif. « Destiny » commence plutôt calmement, pour une première ballade très tôt, mais semble t’il bien réussite, puisque elle passe franchement bien. Je commence à être rassuré quand aux qualités de cet opus.
« Green light & blue sky » nous sert un mid tempo très mélodique qui sans casser des briques reste encore de bon niveau. Mais avec « Raven » on commence la future descente à l’enfer. Certes voilà une très belle ballade, aux mélodies célestes avec un duo chant masculin/féminin, touchant. Par contre à force ça fait trop mièvre.

Et voilà le drame arrive nouvelle ballade avec « My life is on your hands » avec ses paroles culcul du c’est beau l’amour je ne peux vivre sans toi, sur de jolies mélodies au piano, bref rien d’excitant. On passe aux choses sérieuses avec la rock et énergique « Sex, power and money ». Enfin énergique au premier abord car après quelle mièvrerie Fm ! Avec ça le sexe c’est à peine une demi molle !!
L’espoir s’en est une nouvelle fois allé, et l’intro classique de « Anna’kiss » me donne des envies de me pendre ! Heureusement que celle-ci est très jolie mais putain, que c’est bandant ! Une instrumentale qui sert pas à grand-chose enchaînée à l’ultime moment de dépression : « Under the sky » ! Une énième ballade, qui me fait dire, pourquoi tant de haine, qu’est ce qu’on a bien pu faire pour en arriver là !

Mais mon dieu est-ce une guitare rythmée que j’attends ? Mais oui s’en est bien une, je n’ose y croire. Que s’est il passé pour « Don’t go out tonight » ils l’ont piqués au répertoire d’Asia, ou bien leur Pacemaker bien reposé leur à permis cet excès de vitesse ? Mais vu qu’une bonne nouvelle en ce moment se sent bien seule, « Never thought i'd see you » vous brise votre rêve d’une fin intéressante en nous donnant su sous Bruce Springsteen, accouplé au vieux synthé d’Elton John des 70’. Please, Please help me !!
Voici le meilleur moment de l’album la fin ! « Place in our time » clôture cette nouvelle déception, avec devinez quoi, une ballade bien sur. Certes sympathique, elle n’en reste pas moins la goute d’eau qui fait déborder le vase bien trop rempli !!

Conclusion : bon 3eme essais raté, je me demande pourquoi est ce qu’ils continuent à faire des albums… bonne question ?! Allez les mecs prenaient votre retraite et sans rancune
 
Critique : Guillaume
Note : 5/10
Site du groupe :
Vues : 904 fois