Chronique

ISOLE - SILENT RUINS (Redemption Part 1) / Napalm Records 2009

Il y a de ces albums comme cela qui vous touchent au plus profond de votre âme, de votre être, qui va creuser au plus profond, dans vos propres bas-fonds. La musique peut alors ne plus faire qu'un avec vous, la rythmique, l'harmonie, le chant peut alors vous transporter. Cela arrive que très rarement, mais quant cela arrive c'est un incontestable moment délicieux. Et c'est justement une belle surprise qui vous attend avec ce dernier opus du groupe suédois du nom de ISOLE.

Depuis 4 années ISOLE forge, à grands coups de riffs puissants et sombres, sa réputation de groupe Doom Métal pour le plus grand plaisir des amateurs du genre. J'ai été quasiment séduit tout de suite par ce son et cet effet de profondeur si soudain et franc, ce qui est en voie de disparition pour certains groupes de la scène Métal.

Première gifle, et premier morceau d'une durée de 11 minutes qui vous introduira tout en douceur dans les abysses sombres et gutturaux du combo, jusqu'à accaparer complètement votre attention. "From The Dark" n'aura jamais aussi bien porté son nom. Entre rythmiques typiquement Doom ou syncopées, voix d'outre tombe jusqu'aux chants grégoriens, vous ne verrez pas les minutes s'écouler en dévorant cette entrée en matière de grande qualité.

Sur le morceau suivant, "Forlorn", il faudra se munir d'une pelle pour creuser aussi profond qu'eux, mais sur un rythme un peu plus soutenu. Le fond du temps est ici employé à la perfection grâce au tact employé par le batteur. Même si le schéma couplet/pont/refrain est de rigueur, à aucun moment l'ennuie se fera sentir. Voix et backing d'outre tombe serviront au mieux la composition ainsi que la complémentarité des deux guitaristes. Gros passage au milieu avec une accalmie au son clair des guitares, ponctuée d'une montée en puissance des plus efficaces.

Des morceaux comme "Hollow Shrine" ou encore "Soulscarred", alternant passage hyper grave, rectiligne et passage acoustique terrifiant, prendront un essor inconsidéré aidés par une batterie pratiquant l'art du fond du fond du temps à la perfection. Mention spéciale pour ce batteur au demeurant très technique mais étalant son talent simplement par des silences et des coups pile sur les temps où il faut.

On aura meme droit à un morceau acoustique piano/chant/guitare des plus plombant : "Peccatum". L'art et la manière de poser son public pour le faire respirer et dieu sait que c'est appréciable au bout d'une demi-heure de musique si intense et puissante.

Le final en apothéose, "Dark Clouds", vous projettera par des rythmes impairs, guidé d'une voix gutturale (enfin ?…) dans les bas-fonds sombres de la musique d'ISOLE sur une durée de 11 minutes (cela ne vous rappelle rien ?…). Un vrai livre cet album, une intro, un développement et une conclusion. On sort de cela comme après avoir achevé un bon livre, rageant de l'avoir fini, mais désirant vite recommencer le premier chapitre.

N'ayons pas peur des mots, SILENT RUINS est un excellent album. Il tourne actuellement en boucle dans ma chaîne et restera à l'avenir plus très loin de ma platine, tant cet album est riche en sentiments et en intentions. Même après des dizaines d'écoute, je pense que ce skud restera tout aussi mystérieux et inquiétants que lors des premières écoutes. J'espère sincèrement que ce bijou aura le meme effet surprenant sur vous que sur moi, en tout cas je vous le souhaite.

Tracklist : From The Dark / Forlorn / Nightfall / Hollow Shrine / Soulscarred / Peccatum / Dark Clouds
 
Critique :
Note : 9/10
Site du groupe : Site Officiel ISOLE
Vues : 1231 fois