Chronique

THE POODLES - CRASH OF THE ELEMENT / Afm Records 2009

Nos caniches préférés sont de retour après un changement de guitariste entre Pontus Norgren parti chez Hammerfall et Henrik Bergqvist. Alors ce groupe qui m’a fait tant vibrer avec ses deux premiers opus Fm à souhait, va-t-il avoir la même vigueur après ce changement ?

« Too much of everything » à la dure tâche de commencer. Après une intro style décollage de fusée, on poursuit sur un super mid tempo, de rock, symphonique et mélodique digne d’un Queen ! Le refrain arrive et que dire : somptueux !! Jakob Samuel est tout simplement exquis ! Quel début en fanfare vivement la suite. On accélère le rythme pour un « Caroline » décapant. Une chose de sûre, le groupe, n’a absolument rien perdu de son talent !!
On ne peut que sauter de joie et vibrer à nouveau.
L’intro de « Like no tomorrow » ressemble étrangement à du Jean Jacques Goldman, mais trêve de rigolade, car quel tube de Hard Fm, que voilà ! Un pur single qui va tout tuer ! Notre petit nouveau n’a rien à envier à son prédécesseur (pas même les tenues ridicules !). Première ballade pour la sympathique « One out of ten ». Rien d’exceptionnel mais un réel plaisir tout de même.
Place au single avec l’efficace « I rule the night » un hard rock, calibré qui fera de l’effet à vos petites têtes, avec son refrain pop à souhait. Ils sont trop fort ces gars ! Décidément on n’arrête pas de se prendre de ces titres, mes aïeux et « Give me sign » ne change pas la règle. Un morceau un peu plus méchant, qui montre un visage plus viril, tout en gardant c’est refrain pop exquis.
Intro calme pour « Sweet enemy ». Un excellant mid tempo, mélodique et sombre, où Jakob est transcendé. Sur riff moderne aussi de notre nouvel ami Henrik. Le titre qui m’a fait le plus tripper ! Après un tel morceau, je me remets doucement sur un « 7 days & 7 nights » des plus bluesy qui me rappelle The Quireboys. Décidément un album varié et à chaque coup réussit. Quel coup d’éclat !
Ouf, ça ne cesse jamais et « Pilot of the storm », confirme avec un lourd mi tempo avec quelques touches symphoniques, qui sans être exceptionnel passe plus que bien. Deuxième ballade pour « Can’t let you go » plus romantique que la première l’effet est le même : grand sourire de bonheur.
Après un moment de calme on reprend du bon hard remuant sur un « don’t rescue me » qui comme le reste est ultra efficace. Un vrai régal ! Un peu de sombre à nouveau avec « Heart of gold » qui est sublime (encore un refrain énorme), que d’idées, mais alors que d’idées !!
Passage plus cool, avec « Dream to follow » remuante et entrainante. On termine ce long album par une dernière ballade poignante, « Wing of desteny ». La pure ballade Fm, pour cœur tendre, qui vous fera fondre en larmes. La dernière réussite !

Conclusion : ma peur s’est transformée en joie. The Poddles vient de nous sortir une pure bombe de hard Fm qui surpasse leur discographie, mais en plus, n’importe quelle livraison actuelle dans le domaine. Une pure et franche réussite pour accompagner vos beaux jours !!
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 987 fois