Chronique

HOLYHELL - HOLYHELL / Magic Circle Music 2009

Après un premier EP « Apocalypse » sortit en 2007, voilà que le combo protégé de Joey DeMaio – Holyhell nous propose enfin son premier album. Immédiatement on est interpellé par le packaging qui se trouve être vraiment joli : un boîtier entièrement noir, avec une impression argentée pour les inscriptions devant et derrière. C’est simple, soft et classe. Maintenant, il faut jeter une oreille sur la musique, mais ma curiosité me pousse tout d’abord à fouiner dans le livret pour en savoir un peu plus sur ces 13 titres. Chose bizarre, les compositeurs sont nombreux, et les périodes d’écriture sont très variées. Voici les détails :

Wings of light (2009 – Palomo, Breon, DeMaio)
Prophecy (2008 – Palomo, Breon)
Revelations (2008 – Palomo, Breon)
Eclipse (2005 – Feinstein, DeMaio)
The Fall (2009 – Palomo, Breon)
Angel Of Darkness (2009 – Stump, Breon, DeMaio)
Holy Water (2008 – Stump Breon)
Mephisto (2008 – Palomo)
Gates Of Hell (2009 – Stump, Breon, DeMaio)
Resurrection (1999 – Olsson, Andersson)
Last Vision (2007 - Staropoli, DeMaio)
Apocalypse (2007 – Staropoli, DeMaio)
Armageddon (2009 – Palomo, Breon)

Ce nombre important de différents compositeurs se fait forcément ressentir sur la musique du groupe. Les influences musicales de chacun sont différentes et les résultats en décousent. Pour les deux premiers morceaux, nous avons droit à des chansons speed et mélodiques qui balancent bien et qui donnent la patate. Surtout avec le titre d’ouverture qui est très standard sur tous les plans, historie d’avoir de l’efficacité immédiatement. Merci DeMaio.
Par contre, avec les deux titres suivants ça va moins bien. La voix haut perchée (trop haute d’ailleurs) et cette ambiance mid tempo avec des passages un poil progressifs, l’atmosphère devient lassante. S’en suit une ballade, qui est jolie certes, mais qui est à mon goût est proposée trop tôt. Ambiance plus sombre pour lancer « Angel of darkness »qui continuera à évoluer dans une ambiance lourde, avec un rythme bien lent ; sans oublier cette voix trop aigue par moments. On remarquera aussi de bons soli guitare façon Malmsteen. Au tour du hit du groupe de se faire entendre. Ce « Holy Water » est bien sympa et nous fera bien bouger avec son power metal. Un titre instrumental de 4 min poursuit la lancée musicale, et on l’apprécie grandement.

Retour dans un registre plus dynamique avec « Gates of hell » qui redonne l’envie de continuer l’écoute de l’album. Un bon titre ! Retombée de la motivation avec « Resurrection » qui vient tout plomber avec sa lenteur et sa longueur. Cela s’arrange avec la suite qui reprend du poil de la bête et relance la dynamique du groupe et notre intérêt pour l’album. Les deux derniers morceaux resteront dans cette veine, avec un côté lyrique à la Nightwish, et une ambiance sombre.

Un album en demi ton et trop inégal sur tous les plans. Il y a de bonnes choses, de bonnes idées, mais l’unité de l’album et du groupe se perd un peu avec tous ces compositeurs venus d’ici et là, et aussi avec ces 10 ans entre les différentes chansons de la rondelle.
 
Critique : Lionel
Note : 5.5/10
Site du groupe : Site de HolyHell
Vues : 1007 fois