Chronique

ADAGIO - A BAND IN UPPERWORLD / Marquee Avalon 2004

Le groupe de Stephan Forte est de retour sur le devant de la scène avec cet album live.Mais quel intérêt de sortir un live après seulement 2 albums studio ?
Déjà celui de garder en mémoire le magnifique travail accompli par son feu chanteur le très grand David Readman (Pink Cream 69) et le deuxième celui d’entendre le résultat de la première tournée du groupe.
Alors quand est il ?
En un mot ENORME une set liste superbe (mais pouvaient il faire autrement) un son ultra puissant et clair, une voix magnifique donc un grand album.
Seules ombres au tableau l’oublie de la reprise de Led Zeppelin ‘immigrant song’ superbement interprétée par le groupe et seulement 9 titres pour quand même 62 minutes.
Après l’intro le groupe entame « second sign » et c’est là qu’on prend la baffe : la puissance de la guitare de Stephan vous prend à la gorge David rentre en scène et est de suite en très grande forme tout comme le reste du groupe.
A la suite c’est « chosen » plus complexe mais encore une fois magnifiquement interprétée, Kevin est un véritable maître derrière ses synthé, l’ami Frank discret mais efficace à la basse nous assomme de quelques solos impressionnants. Maintenant c’est à la puissante « the stringless violon » de prendre le pas toujours aussi bon avant l’un des grands moments « from my sleep… To someone else » avec sa partie black du plus bel effet : sur scène le public semble ravie aux vues de leurs réponses au grand David.
Attention moment d’intense émotion avec l’interprétation de « promises » d’une beauté à faire pâlir n’importe qui. Encore un fois la voix de David prend tout son charme, comment résister ?
Deuxième gros passage « seven lands of sin » et c’est 14 minutes d’une musicalité presque parfaite, où l’ami Stephan nous ébloui par son jeu de gratte, qui fini sur un petit solo de batterie d’Eric (Baloo pour les intimes). Maintenant c’est « panem et circense » mortellement efficace qui nous achève : quel régal, quel pied ça rappel que de bon souvenir.
Pour finir c’est l’ultra efficace « in nomine » qui ravage tout sur son passage. C’est la dernière fois que l’on entend David avec nos régionaux préférés.
Conclusion un album qui au départ n’avait rien pour lui mais qui au final se trouve ultra intéressant et surtout ultra efficace sûrement un des meilleurs live du monde.
Merci messieurs d’exister et de nous faire autant plaisir en attendant de les retrouver avec leur nouveau chanteur pour un 3ème opus qui s’avère déjà être énorme.
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Site du groupe : Site officiel d'Adagio
Vues : 1362 fois