Chronique

AVANTASIA - AGE OF BABYLON / Nuclear blast 2010

Voici la suite et fin de notre trilogie, après un l'excellent départ. Voyons voir où nous mènera cette conclusion.

En ouverture rien de tel qu'une nouvelle pièce maîtresse avec un « Stargazer » magistral. Le trio infernal Sammet, Lande, Allen fait à nouveau parler la poudre pour notre plus grand plaisir. Certes plus conventionnelle dans l'approche elle n'en reste pas moins un bijou de speed mélmodique armé d'un refrain fédérateur porté par un Micheal Kikse puis un Oliver Hartmann en très grande forme. Un début en fanfare avec ces 9 minutes de plaisir. « Angel of babylon » deuxième piste est du pur Sammet avec un duo Tobias/Jorn encore une fois percutant. A noter l'intervention de Jens Johansson dans un solo maîtrisé.
« Your love is evil » poursuit dans la même veine, un album qui semble; moins aventureux mais de bonne qualité. Tobias seul, en fait des tonnes pour un résultat fort louable. Place au très grand moment de l'album avec le mystique et effrayent « Death is just a feeling » transfiguré par l'énorme (sans jeu de mot) Jon Oliva, qui atomise cette chanson de son charisme ! Majestueux et envoûtant.
Un conventionnel « Rat race » débarque dans un rythme soutenu. Malgré toutes les qualités de Tobias on sent un moins bien, où une plus grande facilité. De plus, moins d'intervenants extérieur n'aide pas. Encore une fois seul avec ses idées Tobi sans sort bien mais pour combien de temps ? « Down in the dark » et Jorn Lande viennent à nos oreilles, pour encore une fois un bon titre mais trop prévisible. Bien dommage. Deux petits moins bien, qui commencent à plomber l'ambiance.
Peut être que « Blowing out the flame » va remonter tout ça ? Oui et non, puisque voilà une vraie ballade super jolie et encore une fois mise en évidence par les talents de Tobias, mais reste dans de l'habituel. Seul titre 'extérieur' composé par Sache Peath « Symphony of life » est un mid tempo moderne avec la jolie voix de Claudy Yang, qui colle très bien. Un petit plus non négligeable.
Une très bonne intro bleusy intronise « Alone i remember ». un titre complètement décalé qui m’a rappelé le groupe Pump, mais surtout offre enfin un peu autre chose, avec encore un Jorn Lande en phase. Pour la suite je suis étonné de retrouver le « Promise land » que l'on connaît du Ep 'Lost in space'. Pas grand chose à dire de plus, à part que Michael Kiske n'apparaît plus ici.
On termine avec « Journey to arcadia » qui là est d'un autre acabit. Un début en ballade acoustique avec deviné qui ? Bob Catley ! Pour une suite plus rock, avec cette apparenté Meat Loaf présente. Une très bonne fin, finalement.

Conclusion : cette deuxième partie est très largement en dessous de la première. La faute à des compos moins recherchées (mais qui restent de très bonne qualité) et aussi à finalement l'intervention de trop peu d'invités. Comme souvent à en faire trop on néglige la qualité. Restent d'excellents titres au milieu.
 
Critique : Guillaume
Note : 7.5/10
Site du groupe :
Vues : 1153 fois