Chronique

PURE INC - IV / Brownsville records 2010

Voici enfin le retour de nos petits suisses qui montent. Un retour certes dans un certain anonymat dommageable au vu des qualités indéniables du combo mais qui chez moi est toujours un immense plaisir. Alors après un Parasite & worms puissant et dévastateur, qu'elle sera leur nouvelle recette?

On se lance avec délectation dans un « Once upon the time » au gros riff qui d'entrée te scotche au plafond !! Nos Suisses semblent poursuivre sur les mêmes bases, ce qui perso ne me dérange en rien. Entre couplet calme et refrain détonnant cette comptine à de quoi séduire ! On poursuit sur un « Blood run black » qui enfonce le clou. Un titre dans la grande tradition de nos Helvètes qui envoie des pieds !
« Fading to grey » se fait plus lourde et lugubre se qui rappelle les anciens Soundgarden. Un excellent passage qui glace le sang et très bien mis en valeur par la voix caméléon de Gianni Pontillo toujours aussi irrésistible. On retrouve notre métal percutant sur un « F.U.C.K » sympathique, même s'il semble que le groupe manque de souffle. Un titre agréable mais qui manque d'un quelque chose.
Intro calme pour « My riverbed » qui permet de souffler un peu et d'apprécier le groupe dans un autre domaine. Sympa mais là aussi il manque un petit quelque chose. Une bonne basse intronise « Diary of a suicidal man (open road) » qui groove pas mal avant d'envoyer du très bon métal viscéral. Un bien mieux à noter avec celle-ci. Voilà peut être ce qui manque.
Nouvelle intro calme et sombre avec « Number 7 » qui se lance dans une ballade mélancolique, très sombre, qui finalement va très bien au groupe, puis s'enchaine à un « Take me away » plus lourd mais tout aussi sombre qui vous prend aux tripes ! Voilà un enchainement qui ne respire pas la joie mais qui au moins intéresse l'auditeur !!
On reprend un peu de joie avec un « To the rythme » bien plus enjoué que les derniers passages. Ça fait plaisir à entendre, de plus cette petite chanson est ultra efficace. Un point de plus ! Par contre avec « Sexxells » on se trouve dans un métal funky qui étonne, mais passe très bien. Une bonne surprise que voilà.
Dernière pierre de ce quatrième édifice, « Beyond the universe » qui sur fond de métal lourd nous offre un dernier bon moment à se mettre entre les oreilles. Bref rien de plus à rajouter.

Conclusion : avec son quatrième album Pure Inc nous offre un opus pas si évident que ça à gérer. Un mélange d'idées, d'ambiances et de qualité qui en font un album bien dur à digérer lors des premières écoutes. Une chose de sûre, le groupe continue de nous proposer de la musique de qualité et de faire ce qu'il veut, bénéficiant d'une réelle liberté. Continuez ainsi les gars !
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 1163 fois