Chronique

EVERGREY - GLORIUS COLLISION / Spv 2011

Voici le retour de nos suédois, qui après un énorme changement de personnel (le départ des ¾) débarquent aujourd'hui avec sa nouvelle équipe et sa nouvelle vision. Alors à quoi doit-on s'attendre à l'écoute de cette glorieuse collision !?

Une petite chorale vient à nous pour un « Leave it behind us » qui envoie des pieds dans finalement la plus grande tradition Evergrey. Donc musicalement le groupe est resté fidèle à lui-même, on peut juste noter un peu moins de noirceur même si on reste dans le mélancolique. La mélodie prend le dessus sur l'atmosphère. On suit avec un « You » plus lourd, qui nous offre un bon passage. Dommage que le groupe n'ait pas apporté un petit plus qui aurait pu faire la différence comparé à ses ainés. Reste un bon titre.
« Wrong » s'enchaine aux dernières notes de piano dans une ambiance triste. Un titre porteur d'émotions surtout grâce au toujours génial Tom S Englund. Un mid tempo sombre qui passe bien, un très bon titre que voilà. On attaque fort à nouveau avec un « Frozen » dévastateur! Un morceau puissant qui t'en met plein la gueule et va faire mal sur scène.
Après cet enchainement de deux très bons morceaux, Evergrey nous offre un « Restoring the loss » convenu qui passe bien mais reste trop évident. Le refrain reste un bon moment grâce aux travaux de Rikard Zender au clavier. Douce intro acoustique pour un « Fit the mold » touchant. Une power ballade qui fait de l'effet et c'est un bon point !!
On reprend du métal avec « Out of reach » très mélodique au refrain mystique envoutant ! Sans se renouveler Evergrey propose de bonnes idées. Cette fois-ci place à la vraie ballade avec « The phantom letters » portée par un Tom exquis. Oui mais voilà ça se transforme en un gros métal puissant gavé de mélodie et toujours sublimé par notre Tom. Le titre de l'album !!
Après un tel moment « The desease » semble un peu plus fade mais de bonne qualité. Nouvel enchainement avec la rapide « It comes from within » qui procure de très bonnes sensations ! Efficace à souhait !
Avec « Free » nous avons enfin notre ballade attendue qui tout en acoustique saupoudré d'orchestration est superbe. Un passage tout en retenu gavé d'émotion. « I' drowning alone » reprend la recette souvent utilisée qui lasse à force.
On termine par « ...and the distance » une power ballade sympathique et prenante mais avec un semblant de déjà vu.

Conclusion : après un grand ménage qui faisait craindre le pire, Evergrey nous sort finalement un album dans sa plus pure tradition. La recette reste la même et les compos soufflent le chaud et le froid. Attendons de voir comment cette nouvelle mouture va évoluer avant de juger. Reste un fort potentiel encore à explorer.
 
Critique : Guillaume
Note : 7.5/10
Site du groupe :
Vues : 946 fois