Chronique

PRYDE - ABSENCE OF LIGHT / Autoprod 2010

PRYDE s’est formé tout récemment en 2008, leur volonté est d’offrir une musique à un large public et faire partager leur passion. Ils sortent un EP, les critiques sont bonnes… Fort de ce succès, le combo retourne en studio et quelque mois plus tard, les voici qui nous propose Absence Of Light. Plus qu’un simple album, c’est un véritable bijou pour tout amateur de heavy.

Commençons tout d’abord par la production de cet opus qui est irréprochable. Vous me direz que dans ce style musical, c’est la moindre des choses pour satisfaire un minimum l’auditeur. Enregistré au Deven Prod Studio, l’accent est mis sur l’approche heavy et ces penchants progressifs mais aussi accoustiques que j’ai particulièrement apprécié. Le groupe domine son projet artistique et le montre. Du packaging à la tracklist, rien n’est laissé au hasard. Absence Of Light a pour trame de fond une prédominance mélodique et des tempos rapides capable de se marier avec des accords impétueux de heavy metal qui seront suffisant pour définir l’identité du groupe. L’intro amenée par le clavier est délicieuse et n’est pas sans me rappeler les ritals de SECRET SPHERE.

Purgatory est le premier titre de cet opus, celui qui d’ordinaire plante le décor, celui sur lequel les rédacteurs s’acharnent pour construire leurs critiques. Une fois n’est pas coutume et dès la première écoute, une impression devenait de plus en plus évidente. La ressemblance en était même frappante. Dans le son comme dans la musique, PRYDE nous renvoie à EVERGREY. La ressemblance est particulièrement blufante sur les ballades. Assuré par une alternance entre piano et chant, Waiting For démontre les prouesses de son vocaliste. La seconde ballade et non des moindres, Forsaken Hope met un point final à l’album dans une ambiance acoustique.

Les titres sont accrocheurs et attirent facilement l’attention avec cet aspect mélodique qui donne une intensité redoutable à l’album. Le très réussi I Want More serait suffisant pour décrire le talent certain de ces frenchies. Il est à noter la participation remarquée de Dusk et Tyler (ALIVE INC) qui apportent leur contribution. Conviction Within donne une brève intromission plus rock’n’roll tandis que The Other Side s’affiche comme du progressif.

Les riffs sont entrainants mais ne sombrent jamais dans le démonstratif. Les sudistes privilégient ainsi l’efficacité et la technique des morceaux avec des compositions qui se relèvent d’un bon niveau. Ce coquinage avec les suédois pourrait donc tourner à leur avantage. Si les rythmiques et les ambiances varient, leur prédominance est sombre et en rappel avec la cover que l’on doit à Mattias Norén. Un artiste qui s’est illustré par son travail pour de nombreux groupes dont KAMELOT, EPICA, et bien sur, EVERGREY.


Conclusion : Avec Absence Of Light, vous tenez un album délivrant une musique puissante et forte. C’est ce genre d’album qui s’écoute d’une traite, une très belle entrée en matière.
 
Critique : Alisia
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 1664 fois