Chronique

IRMINSUL - AINSI SOIT-IL / Brennus Music 2010

Irminsul est le nom d'un grand arbre de la mythologie saxonne qui...hein?? Quoi? C'est pas un cours d'histoire gros boulet? Ah merde autant pour moi...donc c'est aussi un groupe français qui nous offre son premier album "Ainsi soit-il" qui évolue dans un style heavy métal fin seventies.

L'album débute sur une magnifique intro « Isaria »: on jurerait une chanson de Maiden, (basse solitaire au début, arrivée d'une guitare lead lente, puis un bon gros riff à la Transylvania ou Phantom of the Opera") : très bonne entrée en matière. « Le penseur » arrive comme on s'y attend: riff avec un son lourd très heavy. Le chant (français) est très juste et mélodieux et part de temps en temps dans les aigus (à la façon de Mathieu Poulain de Malediction). Le seul petit reproche c'est que le chant, à l'écoute, n'a pas la puissance qu'elle devrait avoir pour coller à un morceau comme celui ci.
« En sursis » démarre sur une rythmique mid-tempo accompagnée par une ligne de chant très prenante et mélodieuse. Le morceau étant moins speed, le chant colle encore mieux!
On arrive à la première power ballade « Angelcity » qui nous apporte un peu de mélancolie et de douceur à un album pour le moment plutôt agressif. « Soma » prend le relais et rappelle étrangement "En sursis" au niveau du tempo. Bon morceau mais donne une impression de déjà entendu.
« Changer d’air », « Planning » et « Salem » remontent un peu la puissance de l'album avec les rythmiques énervées heavy/rock très oldies avec un son très crunch des bons vieux Marshall, même si les compos commencent à perdre de leur saveur. Et malheureusement l'album commence à s'essouffler...on enchaine quelques morceaux comme « Ainsi soit-il » « Coup de blues », « Aux soldats inconnus », où le côté métal est un peu délaissé et du coup on trouve ça long… L’effet de surprise est passé et on a l’impression de tourner en rond, les structures des morceaux commencent à se ressembler, ainsi que les lignes de chants.
L’album se termine sur « Aux portes de la tentation » et une chanson bonus qui réveille un peu, mais ce n’est pas suffisant. On en arrive à oublier les très bons morceaux du début d’album.

Le groupe oscille entre Heavy metal et variété française. Les rythmiques sont inspirées, mélodiques, tantôt puissantes, tantôt lentes. Le groupe a de la ressource mais l’album a tendance à être trop long avec ses 15 titres, et le groupe n’arrive pas à accrocher pendant ces 65 minutes, malgré un bon début. Et surtout je trouve (personnellement) que le chant français en rimes de colle pas au métal, mais ça n’engage que moi.
 
Critique : SBM
Note : 6.5/10
Site du groupe : Site de Irminsul
Vues : 982 fois