Chronique

ALICE COOPER - WELCOME 2 MY NIGHTMARE / Universal 2011

Alors voilà le retour du maitre des cauchemars qui nous présente la suite de son album phare 36 ans plus tard. Alors que va-t-on trouver sur cet opus qui succède à un raté notoire.

Étrangement l'album débute par une sorte de ballade « I am made of you » qui passe très bien et nous berce lentement, Alice nous lance dans son cauchemar par une berceuse : Enivrant ! Pour la suite « Caffeine » elle retrouve le bon vieux Rock 70's endiablé et balancé par un Keith Nelson (Buckcherry) comme un poisson dans l'eau.
« The nightmare return » porte bien son nom car tout est réuni ici pour se remémorer le grand Nightmare. Une petite intro qui file la chair de poule avant un plus enjoué « A runamay train » très Us. Un petit délire sympathique qui change la donne. Grande surprise, ce sont les membres du Alice cooper band qui officient sur ce titre : délire !!
Changement radical d'ambiance avec « Last man on earth » en ambiance cabaret de Louisiane. Une bizarrerie qui sied tellement bien à notre homme. Du pur bonheur ! Intro acoustique pour « The congregation » bien plus hard que prévu. Un titre très 80's sur lequel on retrouve Kip Winger (Winger) ancien bassiste du Coop, qui envoie comme il faut ! Avec ça Alice va faire bouger sur scène !! Un peu de groove à l'ancienne sur un « I'll bite your face off » une sorte de single en force qui cartonnerait sur les ondes si celle-ci dédaignaient s'y intéresser. En tout cas nous on se régale !!
Par contre là avec « Disco bloodbath boogie fever » je me pose des questions. Une satire sur cette musique de merde qu'est le Disco qui plombe l'intérêt de cette chanson armée pourtant de très bons chœurs virils. Heureusement la fin plus rock avec un John 5 exquis en solo redonne espoir. « Ghouls gone wild » sonne comme du vieux rock des 60's qui rappelle presque les Beach boys.
Première réelle ballade avec « Something to remerber me by » dans l'esprit des 70's. Un doux moment pour Alice simple et prenant. Ambiance plus sombre sur un « When hell comes home » qui file là encore le frisson. Alice nous replonge dans ses rêves sombres et morbides.
« what baby whats » se la joue rock moderne. En duo avec l'insupportable pop star Keisha ce nouveau single divisera les fans. Perso pas des plus bouleversé. « I gonna get outta here » lorgne plus vers la country pour un moment soft délectable. Un bien bon moment.
On termine par « The underture » un instrumental somptueux reprenant les thèmes des deux opus. Un exercice difficile mais merveilleusement réussit.

Conclusion : Alice Cooper a réussit un pari presque impossible. Faire la suite d'une histoire vieille de 36 ans et la réussir avec un tel brio !! Oui avec cet album Alice redevient le maitre sans équivoque. Un super album de conclusion
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe :
Vues : 983 fois