Chronique

KIMBALL JAMISON - KIMBALL JAMISON / Frontiers Records 2011

Quand deux grands chanteurs de la pop rock des années 80, et même d’aujourd’hui ne savent quoi faire de leur temps libre, ils s’unissent le temps d’un album (très certainement un projet de Serafino, responsable du label). Ces projets made in Frontiers me font toujours peur car formatés et sans aucune originalité. La première surprise vient du line-up. En dehors des deux chanteurs, on retrouve un talentueux guitariste : Alex Beyrodt (Silent Force) mais aussi Mat Sinner à la basse et aussi à la production.

L’album démarre fort avec une sorte d’anthem intitulé « Worth fighting for ». C’est Jimi Jamison qui se lance le premier, mais le duo se met en place rapidement. Autant dire que la sauce prend à aisance. Musicalement, c’est du gros sur mesure. Un rock mélodique mélangeant les deux styles musicaux des chanteurs, à savoir Toto (B.Kimball) et Survivor (J.Jamison). Intro un peu électronique et donc plus moderne pour « Can’t wait for love ». Alex Beyrodt se régale de part sa guitare légère mais tout autant agressive, sans oublier un refrain monstrueux qui est porté par les deux voix en simultané. Le coup de cœur vient du chant aigu de Bobby Kimball qui comme dans Toto excelle. Après deux morceaux de bon rock, l’ambiance tombe et nous plonge dans une ballade nommée « Sail Away ». Agréable et apaisante, mais sans grande originalité. Reprise du rythme avec « Chasing Euphoria ». C’est ce type de musique que l’on attend pour donner voix à ces deux talents. C’est racé, la guitare est d’un feeling et d’une intensité extrême, sans oublier bien sur l’ensemble que te donne la pêche et te donne envie de bouger encore et encore. Une bombe ! C’est repartit pour une ballade avec « Find another way ». Là encore, les paroles, la musique et l’ambiance sont porteuses mais l’originalité n’est pas là. Un titre pour un rendez-vous galant. Retour au rock et à la guitare façon The Who sur « Get back in the game ». C’est percutant, ç’est léger et prenant : c’est exactement ce qu’on attend d’un tel concept band. Ce n’est pas une nouvelle ballade, mais un mid tempo. Ca bouge un peu plus, sur un ton joyeux, avec un Alex bien plus présent et toujours aussi envoutant derrière sa guitare.

Et de trois. « Shadows of love » vient enfoncer le clou niveau ballades. Une nouvelle fois, rien à re-dire niveau compo, c’est superbe et accrocheur, mais… Nouveau switch, le rock reprend les devants avec « Hearts beat again » qui ni une ni deux nous propulse dans cette ambiance rock années 80 avec ce son guitare et cette nappe clavier si particuliers à cette époque. Un peu de mid tempo avec « We gotta believe » qui mélange délicatesse et énergie avec aisance. Un titre donne le sourire. Intro percutante au synthé pour « Kicking and Screaming » qui est très certainement la deuxième grande bombe de ce disque. Le mélange des voix et des chœurs appuyés par une musique mélodique et dynamique à souhait, c’est du bonheur. Histoire de mettre un point final à l’album, quoi de mieux qu’une nouvelle ballade : « Your photograph ». Sortez les bougies et éteignez les lumières, vous pouvez rêver.

Conclusion : un album qui malgré un peu trop de ballade se révèle bien surprenant et percutant. Une alliance parfaite de deux grands chanteurs sur des airs qui risquent de marquer les esprits ! Sans oublier la prestation d’Alex à la guitare : quel artiste !
 
Critique : Lionel
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site du Label Frontiers
Vues : 1091 fois