Chronique

MOLLO MARTIN - THE THIRD CAGE / Frontiers Records 2012

Il en aura fallu du temps à Dario Mollo et Tony Martin pour réaliser ce nouvel opus. Un sacré break soit-il dit en passant : premier album « The Cage » sortit en 1999, le second en 2002, et voilà « The third cage » qui fait ses premiers pas en 2012. Dix ans d’attente, dix ans de planning chargé pour les deux musiciens, mais cette attente est-elle vraiment valorisée au final ?

Son électronique pour débuter « Wicked world », puis gros riff, basse mise en avant et c’est partit pour du heavy agressif et ténébreux avec un Tony haut en forme niveau chant. Le gus n’a rien perdu depuis son départ de Black Sabbath. On pourrait bien imaginer Andi Deris (Helloween) chanter sur ce titre. On continue dans le registre sombre, mais avec un tempo plus lent, donnant une atmosphère vraiment pesante, en opposition avec la voix aigue de Tony ; le tout dans un rock mélodique au refrain bien prenant pour ce « Cirque du freak ». La guitare se met en accord avec la batterie et on part dans un mid tempo un peu psychédélique et envolé pour « « Oh my soul ». Changement d’ambiance, on entre dans un rock mélodique joyeux façon Journey. « One of the few » nous permet d’apprécier encore plus la voix de Tony claire et haute, dynamisée par cette musique entraînante et légère. Sans oublier le solo guitare de Dario qui nous fait bien plaisir. Avec « Still in love with you » on rentre dans un domaine très influencé Symphony X période V. Du progressif sombre de haute volée, avec une nouvelle fois un superbe solo à la guitare.
« Can’t stay here » débute calmement avec un break et un départ dans un rock mélodique. L’ambiance se fait plus P.Daddy et son hit « Come with me » pour « Wardance ». Du heavy rock bien foutu façon années 70 / 80 qui nous secoue bien, avec un refrain plus que bien calibré. Retour dans le rock mélodique plus joyeux et tranchant avec « Don’t know what it is about you » qui se voit agrémenté de chœurs au moment du refrain, suivi par le traditionnel mais bon solo guitare. Histoire de ne pas rester encrer dans cette ambiance guillerette, « Blind fury » nous replonge dans un heavy rock agressif et couillu. On n’en avait pas eu jusque là, elle est là, c’est la ballade qui vient conclure l’album. « Violet moon » n’est pas des plus originales, mais nous permet une bonne évasion en cette fin d’album. Pas forcément nécessaire, mais bon.

Conclusion : un bon album de heavy rock qu’est ce « The Third Cage ». Varié et agrémenté de bons musiciens, les fans de Black Sabbath, Scorpions, Deep Purple etc seront ravis.
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Site du Label Frontiers
Vues : 879 fois