Chronique

FLYING COLORS - FLYING COLORS / Mascot records 2012

On poursuit nos découvertes de supers groupes avec Flying Colors qui envoie du lourd. Oui avec rien que Mike Portnoy (Ex Dream Theater) Steve Morse (Deep Purple) et Neal Morse (Spock Beard) ce groupe annonce du lourd, du très lourd !! Alors vite écoutons ça !

« Blue ocean » débute donc cet opus et nous plonge dans l'ambiance cool de cet album de virtuose. Un début très ambiancé rock prog mais avec un groove monstre. La voix de Casey Macpherson est d'une douceur exquise et dès que le morceau s'emballe on est plongé en plein rêve. Une réelle alchimie se crée malgré les horizons différents. On change de registre avec « Shoulda coulda woulda » qui se veut plus hard rock à grand coup de riff. Tant mieux je serai tenté de dire car ça donne un plus indéniable à cet opus ! Le duo Morse/Morse assure de très classieuses parties guitare (quelle magie ces solos !!) et Casey nous éblouie par sa voix.
Ambiance plus feutrée pour « Kayla » qui émerveille l'auditeur. Baignés dans un océan de musicalité subtile, ce titre nous enivre de bonheur ! Toujours dans un certain calme « The storm » débarque dans un style rock presque Fm qui étonne mais passe très, très bien. Le groupe ne s'arrête à aucune frontière et explore chaque style avec classe.
« Forever in a daze » se veut elle plus groovy avec la basse de Dave Larue mise en avant. Toujours armé d'un super refrain Flying Colors marque encore de très bon point. Mais où le groupe va-t-il s'arrêter ?!! On explore encore avec « Love is what i'm waiting for » très Beatles dans l'âme. Une petite sucrerie étrange mais à nouveau exquise !
Début tout calme pour « Everything changes ». Une ballade tendre très 70's, qui nous berce sans jamais lasser. Tout simplement magique. À nouveau plongé dans une douceur ultime « Better than walking away » poursuit sans heurter cet opus divinatoire.
Le hard voire même le métal refait surface avec l'énorme « All falls down » qui rappelle presque Dream Theater et sur lequel Steve Morse s'éclate comme un gosse. Purement jouissif !!
Ambiance totalement décalée avec « Fool in my heart » qui rappelle Steve Lukather avec son côté bluesy.
On termine par une pièce maitresse avec ses 12 minutes de prog intense. « Inifinte fire » est le point culminant d'un album qui n'en aura pas manqué !!

Conclusion : voici un album magistral !! Un album sur lequel chaque protagoniste fait éclater sa verve et son talent sans jamais prendre le dessus sur les autres et tout en proposant une musique subtile et envoutante !! Voilà une sacrée surprise !!
 
Critique : Guillaume
Note : 9.5/10
Site du groupe :
Vues : 1087 fois