Chronique

KONTRUST - SECOND HAND WONDERLAND / Napalm Records 2012

Les autrichiens de KONTRUST, nous livrent leur 3ème album de « Crossover Rock » (non moi non plus je connaissais pas). Le groupe a déjà reçu quelques récompenses et a su faire parler de lui. Depuis leur signature avec Napalm Records, le groupe commence à franchir les frontières. Alors on s’habille comme, en tyroliens et on arrive dans… le n’importe quoi: voici "Second Hand Wonderland"

Alors là je vais galérer pour vous expliquer… Le single « Sock’n’ Doll » c’est le bordel. On a en gros des passages qui sonnent comme Rammstein, les Black Eyed Peas, Bob Marley et parfois plus pop. Et le pire ??? Putain c’est prenant !! On dirait que David Guetta s’est fait prendre par Rammstein, et ça donne … ça ! Le clip super sympa est déjà dispo sur le net ! A voir ! Et je dis bravo au chanteur qui à lui seul chante tout ça ! Respect !
« Falling » sera moins barré. Plus rock punk pop sur les couplets, on aura quand même droit à quelques passages pseudo électro, mais on s’y fait. Le refrain est entrainant, ça s’écoute.
« Monkey Boy » se montre plus électro ragga sur les couplets, mais les refrains sont plus rythmé rock. On dirait Shaka Ponk quelque part, mais à la sauce autrichienne. Intro plus néo métal sur « U say What », mais après on a un chant avec un phrasé très bizarre… Je n’écoute pas du tout ce qui passe sur NRJ mais ça y ressemble. Je vois bien les gars avec plein de « biatch », ça passe bien… On a quelques riffs très lourds pour relever le niveau. Ça peut parfois sonner Limp Bizkit mais en plus festif.
« The Butterfly Defect » est fait du même mix. Là ça me rappelle « Who let the dogs out » mais en plus métal… ‘Tain ça fait bizarre… Je devrais peut être ouvrir une bière ou deux…
A savoir que tout l’album suit cette voie, en mélangeant les influences et les moments déjantés. Sur « Rasputin » vous passerai du grunt au ukulélé en une seconde, sur « Adrenalin » vous en prendrez plein la tronche.
Le pire c’est que les riffs sont puissants et mettent de bonnes claques. Agata fait penser à Gwen Stephani, mais parfois en plus musclé, surtout sur « Hey DJ ! ».

Je vais m’arrêter là, car cet album est dur à décrire tellement c’est varié. Il faut l’écouter pour se faire une idée. Le groupe sort des compos percutantes malgré le décalage, les lignes de chant rock sont efficaces et il y a une bonne énergie. Le côté délire et déconne n’est pas désagréable, c’est un moment sympa. Pour l’effort et l’idée, testez ce groupe. Ça vous plaira, ça vous plaira pas, mais essayez !
 
Critique : SBM
Note : 8/10
Site du groupe : Site officiel du groupe
Vues : 1166 fois