Chronique

PARAGON - FORCES OF DESTRUCTION / Napalm Records 2012

Nos chers teutons de PARAGON, après plus de 20 années de bon et loyaux services dans le power métal, nous livrent leur nouvel album (leur 10ème) « Forces of Destruction », après une pause assez longue de quatre ans. Retour en force ? Fatigue ? Voyons ça…
Le power métal allemand, c’est pas pour les fillettes, donc on met du papier bulle sur tous les bibelots fragiles, et on lance la galette.

Bon ok, l’intro « The Last Day on Earth », acoustique très sympathique n’a pas de quoi faire vibrer vos fenêtres. Ce qui n’est pas le cas « Iron Will » et son riff destructeur qui n’est pas sans rappeler ceux de Grave Digger. Puissantes et tranchantes les guitares sont chauffées à blanc, la double pédale s’enflamme, on prend du décibel plein la gueule. Les lignes de chant sont assez prenantes mais pas transcendantes pour autant. Les chœurs sur le refrain sont très similaires à Grave Digger également, l’influence et l’ambiance sont posées.
Même chose pour « Tornado », riff déjanté, over saturé avec un son bien crade mais tellement bon !! Assez linéaire, mais très bons soli !
« Gods of Thunder » démarre sur une rythmique lourde secondé par une grosse caisse qui vous fera mal à la nuque tellement vous allez headbanger !! Mais par contre, et je sais que je me répete, on a ici une copie de Grave Digger, même le timbre de Andreas Babuschkin quand elle est éraillée vous fera douter.
Les lignes de chant sont pas exceptionnelles mais musicalement on a ce qu’il faut. Il en va de même pour le très véloce « Bullet Storm » qui vous dévisse la tête à 800 à l’heure.
Le plus mid tempo, long et sombre « Blood & Iron », très conventionnel et pas fantastique. On reprend la valse des doubles croches avec la classe primaire du power pur jus. Ainsi vous appuierez sur le champignon avec « Blades of Hell », vous freinerez un peu sur le plus lourd mais plus calme « Dynasty » qui sonne comme « Blood & Iron », mais avec quelques lignes mélodiques plus sympathique.
L’excellent car dopé aux stéroïdes, « Rising From the Black » donne dans le très bon métal, mais toujours pareil: rien de nouveau. « Demon’s Lair », très calme a au moins le mérite d’être un peu épique, dans les sonorités, les chœurs, l’interprétation. Bon morceau !
Pas de surprises avec la dernière chanson « Secrecy » : ça pulse à mort !!

Bon pour ceux qui ont lu ma chronique du dernier Grave Digger, ça va y ressembler. Oui les riffs sont parfaits, de la pure jouissance musicale, un son comme on l’aime !! Mais on a l’impression que cela se répète trop sur le long de l’album. Et malgré quelques morceaux différents, PARAGON ne tire pas tant que ça son épingle du jeu, sauf sur « Demon’s Lair ».
On a du bon son qui claque bien, mais ça ne va pas plus loin.
Cela dit, en fond ça passe impeccable en fond ! On saluera aussi les 20 ans de carrières, car il faut savoir rendre à César ce qui appartient à César.


 
Critique : SBM
Note : 7/10
Site du groupe : Site Officiel du Groupe
Vues : 718 fois