Chronique

KLOGR - TILL YOU DECAY / Zeta Factory 2012

KLOGR (ndlr : se prononçant Kay Log R) est un groupe de rock metal alternatif italien qui avant même d’avoir sortit son premier album a su faire parler de lui. En effet, ces messieurs sont partis en tournée sur la côte ouest des Etats-Unis et ont aussi joués à Ground Zero. Rien que ça. Juste après, le groupe réalise donc son premier album, dont vous êtes en train de lire la chronique en ce moment même, pour le sortir en février 2012 en Italie. Le temps de le promouvoir, de se faire connaître, voilà que la rondelle arrive dans notre hexagone, un peu moins d’un an après sa sortie. Mieux vaut tard que jamais comme dit le proverbe.

A la lecture de tous ces retours favorables, je me lance donc dans l’écoute de ce premier essai. Premier point à noter : la production. Elle est de bonne qualité et rend honneur à ce style virulent, moderne et révolté. On ressent bien l’énergie diffusé par les riffs et les soli guitare de Giampi et Rusty.
Rusty qui au passage est aussi le chanteur du groupe, et producteur de l’album. Autant dire qu’il a la main mise sur ce groupe/album. Pour un italien, sa prononciation anglaise est plus que bonne, ce qui est bien et aide à l’écoute. Niveau performance, là encore ça se passe bien. Ca pousse et se place correctement.
Venons en maintenant au principal : les morceaux. Onze pistes de rock burné qui s’enchaînent sans trop de problèmes en général. Le soucis vient du fait qu’après quelques morceaux on a l’impression de le groupe n’évolue plus et tourne en rond niveau musical en proposant quasiment la même structure à chaque fois. Pas de grande surprise au final donc, pour ces morceaux qui mis ensemble peuvent paraître rébarbatifs mais qui écoutés un par un, et de façon discontinue, pourront avoir un effet agréable pour la plus part d’entre eux. Des originalités seront placés ici et là, avec par exemple « Green Star » plus posée et plus accès sur le travail à la batterie et aussi un peu plus posée.

Track liste : Live dying / Silk and thorns / White eyes / Bleeding / Green Star / Self loathing / Naked mind / You gotta know / Value of sin / Silted memories / Young graves

Conclusion: un album qui au final se fait un peu longuet de par son système répétitif et qui pourra en lasser plus d’un, comme moi par exemple. Il y a de l’idée, mais il y a du travail à faire. On ne réussi pas toujours du premier coup.
 
Critique : Lionel
Note : 5/10
Site du groupe : Site de Klogr
Vues : 587 fois