Chronique

FREEDOM CALL - AGES OF LIGHT / Spv 2013

Après un « Crimson Dawn » qui avait une bonne fois pour toute prouvée que Chris Bay pouvait gérer l’avenir et la musique de Freedom Call sans Dan Zimmermann, après une tournée avec Luca Turilli’s Rhapsody, voilà que le happy metaleux germaniques viennent fêter leurs 15 ans avec un best of… et un quelques surprises.
Quinze ans, sept albums studios, deux albums live, un DVD live et maintenant un Best Of. Une bonne carrière non ?
Le premier point intéressant pour cet album vient du line-up. En effet, d’après la biographie donnée par le label : exit Klaus Sperling (batterie) et Samy Saemann (basse), bienvenue à Ramy Ali (batterie et vu sur la tournée avec Rhapsody) et re-bienvenue à Ilker Ersin (premier bassite du groupe). Est-ce pour cet album ou est-ce pour le prochain album studio ? Telle est la question, on attend le communiqué de Chris Bay (chant / guitare) et de son acolyte Lars Rettkowitz (guitare).

Venons-en à la musique maintenant. Nous avons donc droit à deux cds. Le premier cd est donc le Best Of et se nomme « Ages of Light » et est composé de dix huit titres retraçant la carrière du groupe. Tous les albums sont biens représentés, sauf un « Circle of Life » qui a été dira-t-on le faut pas du groupe et qui leur avait valu de gros cris de gueule des fans et des médias.
Pour ce qui est du « Stairway to Fairyland », on retrouvera deux morceaux : l’épique « We Are One » et « Tears Falling ». Pour « Crystal Empire », deux titres ont aussi été choisis : l’hymne « Freedom Call » et le joyeux et unificateur « Farewell ». Pour le troisième et très bon « Eternity », trois morceaux sont choisis, dont un live. On a donc droit au puissant « Metal Invasion (issu du Live Invasion) », et aux deux hits « Warriors » et « Land of Light », titres régulièrement joués sur scène. Au tour du très controversé « Circle of life », avec un seul titre présent : le heavy « Hunting High and Low ».
Pour leur album qui les a fait revenir dans le cœur des fans, à savoir « Dimensions », on a droit à trois titres : la monstrueuse et joyeuse « Mr Evil », ainsi que la folk « Far Away » et la ténébreuse « Blackened Sun ». Pour leur concept album « Legend of the Shadowking », trois morceaux sont aussi choisis : la rock « Thunder God », la puissante « Tears of Babylon » et la retentissante « Perfect Day » en live je vous prie (issu du Live in Hellvetia). Et enfin, l’album « Land of the Crimson Dawn » avec cette fois-ci quatre titres : la disco metal « Hero on Video », les deux puissants « Power and Glory » et « Rockstars » et la mélodique « Back into the Land of Light ».

Venons-en maintenant au deuxième disque intitulé « Masqueraded », et composé de six morceaux, revisités de façon inattendue par TOUS les membres ayant joué dans le groupe. Oui, Dan Zimmermann, Cede Dupont et cie sont revenus pour célébrer cet anniversaire à travers des reprises intéressantes. La première est « Rockin’ Radio – Killerbilly version ». Vous l’avez compris, retour au bayou et aux années 70 pour ce titre. Une ambiance complètement déjantée où les bouteilles de whisky risquent de fuser un peu partout dans la salle, ou le saloon selon où vous vous trouvez. Bien vu. Prêt à danser au tour du feu de camp ? S’en suit « Metal Invasion – Metal Folk Version ». A croire que leurs compères de Vexillum sont passés par là. En tout cas, ça change, et ça claque bien.
Maintenant, une version vraiment inattendue pour ce titre rock : « Mr Evil – Melodic Reggae Version ». Peut être la reprise la moins bien faite de cette rondelle. Il y a de l’idée, mais pauvre Mr Evil, il n’est plus crédible. Un disco titre revu, ça vous dit ? Et bien voilà « Hero on Video – Speed Ska version » et là ça envoie sévère. Vous allez vraiment adorer cette ambiance festive, au refrain déjanté. J’adore.
Comment transformer un titre de power metal en morceau envouteur et délicat ? Ecoutez tout simplement « Age of the Phoenix – Power swing version » et immergez-vous dans une ambiance retro et berceuse de toute beauté. Jamais on n’aurait imaginé ce morceau sous cet angle. Pour finir, le combo nous offre leur hit « Freedom Call – Camp Fire Strumming version ». Un morceau transformé en une magnifique ballade, aussi bien que la version acoustique proposée dans le single « Silent Empire ».

Conclusion : un bien sympathique Best Of agrémenté d’une galette bonus qui ravira les fans de part ces morceaux revus de façon particulière. Une carrière bien représentée, même si un « The Quest » aurait été bien apprécié.
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : site de Freedom Call
Vues : 890 fois