Chronique

COMMUNIC - CONSPIRACY IN MIND / NUCLEAR BLAST 2005

Nouvelle venue du nord (suède) Communic sort des cendres de SCARIOT dont Oddleif Stensland (chant guitare) et Tor Atle Andersen (batterie) faisaient partie.
Influencés par le power US et surtout par Nevermore nos trois lascars nous présentent ce ‘Conspiracy in mind’ bien prometteur.

D’ailleurs c’est le titre track qui commence les hostilités par un pur riff très Nevermorien puis la voix de Oddleif arrive rappelant le grand Warrell Dane. Bon, un début étrange : au niveau nouveauté c’est raté. Sinon au niveau musique cela reste très bon. Le niveau des musiciens n’a rien à envier au combo de Seattle, mais c’est vrai que tout ça fait très ‘Dead heart in a dead world’.
Allons voir si la suite est moins prononcée. « History reversed » débute plus calmement avec toujours la même impression (influence quand tu nous tiens) puis s’accélère : un bon morceau puissant mais mélodique. La structure complexe et longue des chansons font très prog et on a du mal à imaginer comment le mec arrive à tout faire tout seul !! Enfin…
« They find on our fear » commence elle aussi calmement dans un ambiance aérienne très délassée, un petit coté Green Carnation plane sur ce titre juste avant l’entrée de la guitare, qui remet le couvert appuyé par les quelques passages de double. L’accélération à la mi parcours vous réveille, ce qui change tout. Un titre complaisant mais toujours pas novateur. Je crois qu’il ne faudra pas chercher un brin de nouveauté.
Intro très trash pour « communication sublime » un grand bain de puissance guitaristique très bien exécuté. Un titre qui arrache entre accélération, moment heavy et break calme. Le passage heavy à la Halford est tout bonnement un régal. Un super titre que n’aurait pas renié la bande à Warrell.
« The distance » attaque calmement dans un esprit angélique déroutant puis le métal reprend ses droits tout en gardant un petit quelque chose de gracieux. D’ailleurs le solo de Oddleif est superbe, aérien et technique juste ce qu’il faut, un beau passage.
A la la que de qualité quand même depuis le début et « ocean bed » me le confirme un peu plus métal (ouai plutôt pas mal métal même). Le couplet lui est un brin calme et se mélange à des guitare tranchantes ; une fois de plus un bon moment à passer.
Et voici pour finir « silence surround » et c’est 10’59 de pur power métal. Intro calme avant la tornade, Oddleif est époustouflant dans ses vocaux mariant Warrell Dane et Rob Halford dans des montés sublimes durant un refrain tranchant. Un titre énorme qui clôt cet album qui au final reste très agréable.

Conclusion : un groupe qui ne révolutionnera absolument rien mais qui délivre un très bon album avec de très bonnes compos, malheureusement trahies par le manque de personnalité. Après tout c’est leur 1er opus et le futur nous dira bien si le fort potentiel du groupe peut se marier avec une nouvelle personnalité. Réservé aux fans de Nevermore.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 1026 fois