Chronique

KLOGR - BLACK SNOW / Zeta Factory 2014

Après un premier EP et un premier album qui m’avaient laissé plus que perplexe, voilà que les italiens de KLOGR débarquent en ce mois printanier pour leur nouvel effort intitulé « Black Snow ». On le comprend bien, le thème est sombre, et la musique risque de suivre cette direction.

L’album débute avec « Zero tolerance » qui met les choses au clair. Finit les ambiances répétitives et posées ou barbantes, le groupe franchit un cap et nous plonge immédiatement dans un univers viril et moderne où ‘Rusty’ envoie aussi bien niveau chant, qu’au niveau guitare. Une entrée en matière satisfaisante qui nous plonge sans trop d’anicroches dans le titre suivant « Refuge », un peu plus posé niveau tempo mais tout aussi sombre et virulent niveau ambiance. Un break se fait, et « Draw closer » nous plonge dans une musique ambiante et planante, avec de la réverbe, un chant plus orienté sur une voix claire mais tout en gardant cet aspect sombre et rentre dedans. On l’a compris, le groupe ne fait pas dans la dentelle et « Hell of income » vient un peu démentir tout ça. Dans ce titre nous avons droit à un chant plus posé, voire plus délicat, tout comme la musique en générale, sans pour autant faire dans le bal musette. Un changement bien venu, cassant le rythme et donnant une nouvelle approche et accroche. Cette coupure se voit être suivit de « Life is real » rappelant par moment les ‘Smashing Pumpkins’ et leur rock ténébreux et ambiant ; ce avec ces différents effets guitares. Pour le morceau suivant, la coupure est nette. Changement d’ambiance totale avec ce « Heart breathing », une ballade posée avec une logique et attendue montée sur le refrain. Rien de nouveau et d’exceptionnel mais cela reste sympa à écouter.

Après cette délicate attention, KLOGR nous replonge dans sa musique fétiche. « Falling crowns » vient nous titiller les oreilles avec virilité et une pointe de délicatesse. Le ton monte d’un cran par la suite avec ce « Guilty and proud » qui se voit être boosté par les fûts de Ste ; ce pour un mid tempo ténébreux et rageur bien chiadé. Retour à une musique plus ‘remplie’ et dynamique avec « Plunder » qui nous donne un coup d’adrénaline supplémentaire et qui sert aussi à lancer le bien bon « Room to doubt », où tous les instruments s’harmonisent pour nous envoyer un titre endiablé en pleine face. Certainement le meilleur de l’album soit-il dit en passant. La tension monte encore et encore… « Severed life » ne fait pas ramollir la bête et continue plutôt à nous plonger dans un titre alternant passages rageurs racés et posés où Rusty alterne chant clair et guttural au passage. Pour terminer ce deuxième effort, les italiens nous proposent un nouveau titre posé et plus délicat avec « Ambergais ». Un final délicat, et bien pensé nous permettant de faire retomber la pression avec aisance et logique.

Conclusion : KLOGR nous offre là un album avec bien plus de maturité et d’originalité que ses deux premières rondelles. C’est plaisant, bien pensé et à ce rythme là, le groupe se fera très certainement entendre à travers la pléiade de groupes émergeants actuellement, mais du travai lreste quand même à faire.
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 555 fois