Chronique

MOS GENERATOR - ELECTRIC MOUNTAIN MAJESTY / Listenable records 2014

Mos Generator est plutôt discret de ce côté-ci de l'atlantique, mais le combo américain ajoute aujourd'hui un sixième album à sa discographie. Le décor musical du groupe tourne autour de ce qui est qualifié de Heavy Rock, dans un mélange du meilleur de Zakk Wylde sous Black Label Society, mais avec les nuances de la voix d'Ozzy Osbourne sous l'époque Black Sabbath. Le trio

"Beyond the Whip" donne une belle promesse à cet album en démarrant avec un morceau mélodique, rythmé, riche et punchy. Le solo appui ce mariage entre le heavy metal et le hard rock classique, une pure tuerie. "Nothing left but night" reprend une construction similaire avec tantôt des passages mid-tempo et tantôt plus énergique pour au final un solo endiablé.

Malheureusement, cette promesse s'estompe dans les morceaux suivants avec des morceaux au tempo ralenti à la limite du stoner qui vont rendre la pilule difficile à avaler. Le plus singulier d'entre eux est "Enter the fire" qui se distingue par une utilisation bien particulière du violoncelle et une montée en intensité dans le morceau qui aurait pu être intéressante si elle n'était pas aussi proche de l'univers de Black Sabbath.

Passé la moitié de l'album, un autre titre punchy apparaît avec "Breaker" mais qui tombe complètement à plat avec le refrain. Au final, le plus intéressant reste les parties non-chantés et c'est bien dommage !

La fin de l'album offre tout de même de bonnes surprises à commencer par le titre "Electric mountain majesty" qui reprend bien un univers Heavy Rock sur son départ et trouve une cohérence dans les ruptures utilisées pour le complet et le refrain. La seconde partie du morceau est géniale et me rappelle l'Iron Maiden de la belle époque version garage, testostérone et gros nibard. On pourrait même entendre la patte de Nico McBrain sur la ligne de batterie à la fin.

"Black magic mirror" affiche la couleur une toute autre couleur dès les premières notes. Son crade et lent : un gros morceau stoner t'arrives dans la tronche. La voix ressemble à un graillon de lendemain de cuite accentués par les black magic mirror sur chaque phrase du couplet. Au sens technique ce morceau est une hérésie, mais au sens artistique (et je dirais même hormonal) c'est une pure bombe. C'est d'autant plus réussi que le groupe trouve une parfaite transition qui permet de glisser sur "Heavy Ritual", qui ressemble aux morceaux du milieu de l'album mais mieux construit, cohérent et surtout... pour être honnête, à l'écoute cela donne surtout l'impression que "Black Magic Mirror" fait 10 minutes, et ces dix minutes de voyages sont un bonheur !

Conclusion : Quand vient l'heure des comptes, je suis à la fois déçu et ébahi. Presque la moitié des morceaux ne présentent pas le moindre intérêt et gâche cette promesse, cette belle promesse qui est faite en début d'album. La fin rattrape de façon remarquable l'ensemble, mais je suis certains de ne jamais vraiment arriver à écouter suffisamment l'album en boucle pour en profiter. Dommage.


Tracklisting :

1)BEYOND THE WHIP
2)NOTHING LEFT BUT NIGHT
3)ENTER THE FIRE
4)SPECTRES
5)NEON NIGHTMARE
6)BREAKER
7)EARLY MOURNING
8)ELECTRIC MOUNTAIN MAJESTY
9)BLACK MAGIC MIRROR
10)HEAVY RITUAL
 
Critique : Weska
Note : 6/10
Site du groupe : Page facebook du groupe
Vues : 837 fois