Chronique

PARAGON - REVENGE / UNDERCLASS 2005

Nouvel arrivage du combo de heavy métal teuton : Revenge, produit par Piet Sielck (Iron Savior). Ce nouveau méfait va éteindre les morts de soif de heavy couillu et sans prétention.A noter que c’est le 1er album avec Gunny « Gunman » Kruse à la guitare.

« Intro/Impaler » commence fort d’emblée. Un riff très métal, un rythme très speed, on entre dans un univers dédié à 300% au heavy métal. La prod à la fois puissante et racée convient merveilleusement bien au style. La voix est puissante, un petit mélange entre Biff Byford et Piet Sielck, aidée par moment par des chœurs guerriers exécutés par Piet. Un début très fort qui n’est pas près de retomber.
« Assassins » ne laisse pas vos enceintes respirer. Le rythme est toujours soutenu, le refrain bien dans l’esprit guerrier fait plaisir. Quelle patate ce groupe, les solos sont bien sympa ; ‘Gunman’ porte bien son nom. « Traitor » se rapproche bien d’un Iron Savior. Un poil plus calme elle se laisse écouter sans broncher. La basse en avant tient la forme, la guitare déchire dans un solo impeccable, de quoi faire rougir Hammarfall (ben oui je suis méchant avec eux ! Voila !)
Intro calme pour « Master of the seas » mais rassurez vous cela ne dure pas. Le groupe r’attaque de suite. Bon c’est sur c’est plutôt répétitif mais le tout est bien fait, et puis un vrai fan de heavy métal ne demande que du vrai heavy métal ! On calme le rythme vers le milieu, histoire de pouvoir s’en remettre, et on repart pour la dernière ligne droite jusqu’aux 9’22. La titre track ne vous changera pas. Speed heavy comme le reste. « Symphony of pain » plus heavy vous remémorera de grands souvenirs du heavy teuton des 80’ : Grave Digger, Running Wild, Accept. Un titre bien puissant qui fait son petit effet.
On continue sur notre lancé heavy avec « Beyond the veil » reprenant les mêmes arguments qu’en haut en plus lourd. Ce titre se rapprocherait plus d’un Manowar. L’accélération à la fin libère un peu notre esprit enfermé dans la lourdeur des riffs. « The battle rage on » remboîte sur le heavy speed. Bon là j’avoue réellement manquer de mot car cela reste pareil donc désolé pour mon manque de développement. « The art of war » très speed arrache tout sur place. « Empire of the lost » la ballade calme et guerrière, bien sympa montre un autre visage du groupe, mais puisque cela reste du heavy on accélère le rythme vers la fin : bien cool.
Pour finir donc c’est une reprise et pas n’importe la quelle, puisque que c’est le « The Gods made heavy metal » de nos très grand maître du true metal : Manowar. Un reprise proche de l’originale, pas male. Seul reproche : la voix qui n’a pas la même intensité mais bon, n’est pas Eric Adams qui veut.

Conclusion : comme d’habitude rien de nouveau à l’horizon mais si vous adorez le heavy métal cet album est fait pour vous. Fan de Manowar, Metalium, Iron Savior jetez vous dessus !!
A noter la version limitée avec un DVD (décidément c’est la mode) live enregistré au Sweden rock 2004.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 1389 fois