Chronique

ROYAL HUNT - PAPER BLOOD / FRONTIERS RECORDS 2005

Après un excellent ‘Eyes Witness’ qui m’avait réconcilié avec le groupe et qui m’a permi d’apprécier à sa juste valeur John West (ben oui je suis un fan de DC Cooper), les revoilà avec ce ‘Paper Blood’ venu confirmer le statut de maître de la bande du danois Andrè Andersen.
A noter une très belle pochette (contrairement à la précédente).

Intro hyper symphonique pour « Break your chain » (avec de véritables instruments comme à l’ouverture des concerts) fort jolie. Elle nous met dans une ambiance particulière puis le son et le jeu reconnaissable entre mille du sieur Andersen nous éblouit. Un titre bien speed, la guitare du nouveau Marcus Jidell arrache bien, John est intraitable dans ses vocaux (quel chanteur ce gars !!). Le refrain est du pur Royal Hunt avec mélodie, chœurs et synthé. Le solo de Marcus est époustouflant apportant un coté néoclassique en plus, et Andrè se régale avec ses synthés. Une entrée en matière fracassante, confirmée par « Not my kind ». Entrée avec seulement des voix puis un bon riff heavy déboule (il a bien fait de le prendre : quel jeu !) avant un solo de synthé puis l’arrivée de John (fort intro) pour un grand titre assez rythmé. Kenneth Olsen se défonce sur ses fûts pendant que John nous régale sur un putain de riff de gratte : du grand Royal Hunt qui va faire mal sur scène.
« Memory land » première instrumentale commence dans un atmosphère plutôt tristounette, avec un Andrè en premier plan (bien joli) puis Marcus prend place nous démontrant son talent avec une 6 cordes entre les mains. Une instru sympa qui prend du rythme mais qui reste triste. « Never give up » déboule bien plus gai avec toujours un John excellent. Il arrive presque à me faire oublier mon grand DC. Un titre une nouvelle fois bien cadencé avec un refrain énorme, appuyé par les très chèrs chœurs du groupe. S’en suit la partie solo déboussolante tant il y a de notes à la seconde (cette paire là elle tue tout).
On calme le tout avec « seven days ». Un titre plus tranquille qui joue plus sur l’atmosphère et d’ailleurs l’effet utilisé par Marcus sur sa guitare lors du solo confire mon point de vue. Une fois le partie solo fini, on accélère le rythme et on change d’ambiance. Bien sympa. Une petite instru speed avec « SK 983 » qui permet au sieur Andersen de nous montrer son talent indéniable de musicien mais aussi de compositeur, car ses passage sont bien jouissifs et malgré tout pas tant démonstratif que ça (bon pas mal d’accord mais diablement musical).
« Kiss of faith » commence sur une guitare acoustique très américaine. John se fait plus crooner avec quelques relents à la David Coverdale (Whitesnake) pour un titre qui surprend, arrivé là au milieu de nulle part alors que personne ne l’attendait.. Le refrain bien sympa rappelle que c’est Royal Hunt qui joue. Etrange mais bien cool. La titre track « Paper Blood » reprend le pur style RH dans un titre entraînant et assez facile à retenir, un titre excellent qui donne la pêche.
« Season’s change » arrive toute douce, la ballade de l’album est jolie, puissante et émouvante grâce au chant parfait de John. Un pur plaisir à consommer sans retenue car c’est très joli. Un moment de douceur dans un album assez brut. Pour finir « Twice around the world » tape dans le gros RH avec grosse guitare puissante accompagnée par une section rythmique énergique. Bien plus néoclassique qu’a l’accoutumé elle ne va pas déplaire au pur fan du groupe. Jidell/Andersen sont une nouvelle fois les deux seuls maîtres à bord dans un exercice de dextérité technique et ils sont bourrés de talent. Un feu d’enfer cette dernière instru, taillant dans le XXL tant l’approche est magnifique.

Conclusion : Un très bon album des Danois qui prouve leur talent et confirme leurs statuts de leader sur la scène métal mélodico symphonique, même si j’avoue avoir préféré le ‘Eyes Witness’. Andrè fait partie définitivement des demi dieux de la musique et avec son nouveau compère à la 6 cordes ; ils vont faire des ravages dans un futur proche. Quand à John West il est tout simplement époustouflant de maîtrise : un grand maître du chant. Donc pari réussi : ce Paper Blood ravira les fans et me conforte dans ma réconciliation.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe : site officiel de ROYAL HUNT
Vues : 1318 fois