Chronique

OPERATION MINDCRIME - THE KEY / Frontiers records 2015

Voici le retour de Geoff Tate qui après avoir perdu le nom de 'son' groupe, revient avec un projet ambitieux qui lui va bien au doux nom de l'œuvre la plus aboutie du Reich ! Un groupe, projet, qui armé de ses multiples musiciens vient confirmer que notre homme en a encore sous le pied.

On débute ce concept des plus complexe avec « Choises » très ambiante, qui met dans le bain et poursuit là où notre homme nous avait laissé. Puis « Burn » est le premier vrai morceau dira-t-on qui démontre que Geoff n'a absolument pas honte de son passé expérimental puisqu' il continue avec brio, contrairement à ses anciens compagnons (on y reviendra dans la chronique de ceux-ci). Un début intéressant mais qui manque de peps malgré la très bonne volonté de tout le monde et surtout d'un Mr Tate en forme !
Enfin on accélère les choses avec un « Re-inventing the future » très Queensryche dans l’esprit qui replonge presque période 'Empire' !!! Une très bonne nouvelle qui fait plaisir à entendre tout comme la voix majestueuse de Geoff qui restera une des meilleurs de sa génération. Avec « Ready to fly » on retombe dans le l'ambiant trop mou pour être accrocheur.
Un interlude inutile au nom à rallonge « Discussions in a smoke filled room » arrive et nous envoie sur l'étonnante « Life or death » chantée par Mark Daily (why!!!!!??????) et qui malgré ses bonnes intentions pose plus de questions qu'autre chose ! Un très bon titre qu'on aurait aimé entendre avec Geoff au chant !!
Après ce moment 'strange' « The stranger » (justement j'en parlais) va remettre j'espère les choses en place ? Et bien d'une certaine manière oui, avec un titre heavy aux consonances modernes qui surprend mais ravit au fur et à mesure. Un petit règlement de compte envers ses anciens camarades et le tour est joué. S'en suit « Hearing voices » qui apporte son lot de bonnes idées et de rythme. Un titre réussi qui permet de rester connecté.
« On queue » est la ballade de cet opus qui nous berce dans des saveurs ambiantes et aériennes très Pink Floyd version 2000. Un moment unique et surprenant qui permet de retrouver Tate au Saxophone instrument qu'il adore et maîtrise !!! Deuxième interlude avec la symphonique « An ambush of sadness » aux sonorités asiatiques fort jolies qui nous ouvre « Kicking in the door » une autre ballade qui revoit Mark tenir le micro avec toujours autant d'incompréhension. Bref un moment doux à nouveau fort louable mais qui donne une impression de déjà-vu.
On termine avec « The fall » un titre plus métal et progressif qui nous perd un peu plus mais fait grandement son effet. Une vraie réussite.

Conclusion : Pour son nouveau départ Geoff Tate aura pondu un album un peu étrange qui manque d'unité mais pas d’intérêt. Une poursuite de ses rêves et envies avec une volonté inébranlable qui force le respect. Pas encore ça mais ça vient.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 1002 fois