Chronique

QUEENSRYCHE - CONDITION HÜMAN / Century media 2015

Quelques semaines après la sortie de Operation Mindcrime de Geoff Tate, Queensryche déboule avec le successeur de son album éponyme qui intronisait son nouveau chanteur ainsi qu'un retour aux sources tant demandé par les fans (surtout par certains). Alors allons voir si ce nouvel opus reprend la route des évolutions si caractéristiques du groupe, ou bien poursuit dans son glorieux passé.

Dès le début de « Arrow of time » on comprend que c'est la deuxième option qui a été privilégiée et donne une impression de groupe de reprises tant on y trouve pas vraiment la marque du groupe (un peu comme le Queensryche de Tate) tout ça accentué par Todd le clone vocal. Un manque de repère déstabilisant qui fait craindre le pire pour la suite. Hormis ce gros détail le groupe nous propose un bon titre rythmé. « Guardian » poursuit dans la même veine, et me fait me demander quelles mouches les ont piqués !!?? Je veux bien comprendre que les fans veulent du plus métal, mais je pense aussi qu'ils veulent reconnaître le groupe !!?? Perso je ne pense pas écouter du Queensryche ni d'hier, ni d'aujourd'hui et hormis le chant si proche de Geoff réalisé par Todd ça pourrait être n'importe qui.
On garde espoir avant l'arrivée de « Hellfire » qui ne va pas nous sauver avec un mid tempo bien fichu dont on dirait qu'il sort des sessions de 88. Alors certes on retrouve le groupe mais pas la nouveauté. Cela ne s’arrange guère avec « Toxic remedy » très mélodique et réussie mais qui rappelle trop l'imposant passé du groupe de Seattle. Peut être le premier titre marquant de cet opus !!
Par contre « Selfish lives » ne me procure pas de grands frissons avec son mid tempo pataud. Un exercice dans lequel le groupe était le meilleur il y a 25/30ans !! Seul Todd La Torre est impeccable mais tellement dans l'ombre de son idole !!! La basse nous ouvre un « Eye9 » sympa mais à nouveau rien de bien accrocheur ne sort de là. Seul peut être son refrain est agréable.
Place à la ballade « Bulletproof » des plus conventionnelles et qui n'apporte pas grand-chose. Cela s’améliore avec « Hourglass » un titre mélodique qui fleure bon 'Empire' mais passe bien, tout comme la semi acoustique « Just us » qui apporte de la fraîcheur bienvenue, surtout qu'on ne l'attendait pas celle-là !!!!
Après ces deux moments positifs « All there was » arrive et délivre un titre rentre dedans qui passe bien et devrait être une réussite en live. Petit interlude narré (comme le groupe sait si bien le faire) avec « The Aftermath », avant de terminer avec « Condition hüman » une fois de plus on semble se retrouver dans les 90' tant elle semble tirée 'd'Empire' !!! Une conclusion sympa mais tellement prévue que ça ne fait plus l'effet escompté. Dommage...

Conclusion : Après certes des années d'errements, un divorce dur et compliqué, un retour aux sources pour renaître et ravir les fans die hard, Queensryche s'enlise dans la facilité et démontre que finalement celui qui a peut-être raison est son (ex)chanteur. Un opus agréable mais sans repère, déstabilisant à souhait qui ne me convient guère. Un peu d'idées et de courage merde !!!
 
Critique : Guillaume
Note : 6/10
Site du groupe :
Vues : 960 fois