Chronique

SKUNK ANANSIE - ANARCHYTECTURE / Verycords 2016

3 ans après Black Traffic qui a confirmé le retour des britanniques parmi l'élite du rock alternatif, voici venir Anarchytecture dont la pochette le place aux antipodes de son prédécesseur. De la couleur, un design excentrique un rien typée de David Bowie pour une volonté affiché d'avancer tout azimut. Côté texte, le groupe campe sur ses positions et parle d'amour sous ses aspects les plus sombres, et cela sent les effluves jusqu'ici ! BrRrrrRRRrr !

Danse avec la succube
Plutôt qu'une introduction sur un rock décapant, "Love someone else" invite à la danse sur un disco-rock sur lequel la tentatrice Skin susurre les mots justes pour attirer l'auditeur dans sa toile. Techniquement, Skunk Anansie prolonge l'expérience électronique et place la basse au centre de la composition, renforcé par l'usage de la boîte à rythme qui sera courant tout au long de l'album. Tout ceci sert à poser une musique sensuelle avec un rythme parfaitement maîtrisé.

C'est dans ce même esprit qu'une fois sur la piste, "Victim" part sur une musique groovy progressive, un slow qui dérive sur des sonorités de plus en plus saturé jusque dans le chant qui ne manquera pas de donner des frissons. Oh, oui, l'envie de toucher est bien là ! Et qu'à cela ne tienne puisque "Beauty is your curse" libèrera les pulsions avec un titres dansant et chargé en émotions. Un pur single.

Comme un animal en cage
Plus sombre, plus lourde, et surtout plus rock, la seconde moitié de l'album étend cet effort de production aux compositions classiques du groupe. Il sort de là d'excellents titre comme "Bullets" qui feront l'unanimité en live. S'il est vrai que ceux-ci sont plus complets en terme d'émotions, il n'empêche qu'aucun d'eux ne permet d'ouvrir vraiment les vannes.

Dans cette maîtrise technique, il me manque un dérapage de vitesse et quelques envolés hurlées de Skin. Une sensation contradictoire avec le manque d'innovation qui pèse un peu dans ce retour au classique... mais pour comprendre la frustration, il faut tomber sur l'instrumental "Suckers!", devenu ma nouvelle sonnerie de portable, qui s'interrompt pour une autre introduction bien plus lente et un hymne gentillé lent à la détente quoiqu'excellent lui aussi.

Conclusion : Skunk Anansie revient avec un complément pour Black Traffic. Mixer les deux et vous avez une légende ! Anarchytexture apporte une ouverture électro orienté sur les basses très intéressante sans pour autant dénaturer l'essentiel. Et c'est ce même essentiel qui reste inchangé, à tord ou à raison, à vous d'en juger !

Tracklist
1.Love someone else
2.Victim
3.Beauty is your curse
4.Death to the lovers
5.In the back room
6.Bullets
7.That sinking feeling
8.Without you
9.Suckers!
10.We are the flames
11.I'll let you down

 
Critique : Weska
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 444 fois