Chronique

MOONLOOP - DEVOCEAN / Listenable records 2017

S'il y a bien un label qui tape dans le mille à coup sûr, c'est bien Listenable records. Il a le bon goût de dénicher des perles rares, des artistes capables de surprendre des métalleux aguerris.

Et Moonloop compte parmi leurs meilleures trouvailles. Ce quatuor catalan dessine une musique de toute beauté, avec une véritable signature d'artiste et une grande profondeur. Leur Death metal progressif trouve son inspiration chez Opeth et Gojira, autant d'ailleurs par la musique que par l'idéologie, mais puise également aux racines son caractère brut et sauvage. Devocean, leur deuxième album, semble alors soutenir que la vie marine, aussi bien majestueuse que cruelle, est la quintessence de la vie tout court. Notre berceau et notre tombe...

Du métal travaillé
En tout cas, celui qui faisait 3 fois la taille du grand requin blanc est bien six pieds sous terre. Et c'est tant mieux car la fresque qui est faite du Megalodon a de quoi faire peur. L'introduction fait vivre l'angoisse et le stress en exploitant le swiping de façon à lier technique à l'émotion. One point.
Confronté au monstre, le groupe choisit un death bien lourd digne de Deicide avec la technique des frères Duplantier. C'est lugubre et glauque, appuyé par une voix rocailleuse abyssale parfaite. Par la suite, la partie plus instrumentale entre progressif et atmophérique entre en jeu, l'histoire continue tout en nuance. Chaque instrument trouve sa place et contribue à l'ensemble de la structure. La basse claque, vrombi, se fait entendre. L'usage de l'électronique est réduit au minimum. Du métal de qualité je vous dis !

Technique ET percutant
Le reste de l'album exprimera nécessairement d'autre versant du groupe, d'autres inspirations. Des solis proche du blues, quelques chants fantomatiques, du chant clair même, des envolées à la batterie particulièrement géniale, et bien sûr, culture du chorizo oblige, guitare claire. A ne pas rater, l'extrême brutalité de Medusa, et la richesse de Oceans.
Mais il demeure une constante, cet équilibre entre la complexité et l'accessibilité. Des solis magnifiques, des rythmes syncopés à la Meshuggah aussi, mais un grand sens de l'accroche. Le groove est parfois si marqué que la comparaison avec Pantera n'est pas ridicule. Voilà donc la recette pour tenir 7 minutes sans en perdre une miette.

Il n'y aura pas de conclusion, mais seulement un conseil que le label m'a donné et que je vous transmets. Si tous les groupes que je vous ai cités vous parlent. Pas besoin de réfléchir. Quant à moi, je m'en vais à la pêche... aux infos. Pas question de louper ça en live !

Tracklisting
1.Megalodon
2.Nightmare Gallery
3.Zeal
4.Expired Kings
5.Medusa
6.Oceans
7.Interglacial
8.Origin

 
Critique : Weska
Note : 9/10
Site du groupe : Bandcamp du groupe
Vues : 400 fois