Chronique

MINDMAZE - RESOLVE / Innerwound Recordings 2017

Resolve, le nouvel opus de Mindmaze vient de sortir ! Enfin à l’heure où j’écris ces lignes il ne l’est pas encore mais grâce à la magie d’internet on va en parler au moment ou vous pourrez aussi vous le procurer et vous faire une idée. C’est quand même plus fair play. Je l’ai depuis un moment, je l’écoute, souvent, et j’avais du mal à en parler, j’avoue. C’est un bon album, voilà si je devais le décrire en peu de mots c’est tout simplement un bon album. Et c’est super court comme constat…

Avant propos/disclaimer. Attention, si tu n’aimes pas les filles qui chantent sors ! Si tu n’aime pas les soli (oui solo au pluriel c’est soli, çà fait 30 ans que je me bat avec la grammaire italienne je te le jure sur la tête de mes coquillettes) et si tu n’est pas fan de guitares et de riffs harmonisés un peu longs et échevelés… pareil, cours, file, vas t’en, allez ouste, dehors mécréant ! Si la présence de claviers t’insupportes idem, la porte et vite ! Bon çà y est on est tranquille ? Il ne reste plus que les fans de metal mélodique façon heavy moderne et respectueux de son histoire ? Ok donc maintenant c’est un bon album.

Et oui les seuls reproches qu’on pourrait lui faire à ce « Resolve » c’est d’être à la hauteur de ses ambitions, c’est à dire de correspondre à une frange précise de l’histoire de la musique et de ne pas en sortir. C’est un très bon album même dans son genre, on sent qu’ Operation Mindcrime (Queensrÿche, si j’ai besoin de préciser c’est que tu n’y connais rien, mécréant) a fait partie de la nourriture spirituelle qui a bercé ce concept album (oui c’est un concept album sur les émotions… enfin un truc de meuf, bon là j’avoue sur le concept j’ai total décroché). Mais il ne sortira jamais de l’équation heavy metal mélodique avec clavier et chanteuse. Le tout pratiqué avec un véritable et sincère amour du genre, une technique parfaite mais pas envahissante, avec goût en fait.

Petit bémol aussi, si je devais offrir à un pote un album pour lui expliquer le genre ce serait peut être celui ci, mais pas forcement, difficile de renouveler un genre, pas évident d’être exemplaire. Après c’est une belle découverte pour ma part d’un groupe qui commence à avoir le loisir de s’affirmer au fil de ses productions et je pense que c’est à voir en vrai, pour l’énergie que le disque véhicule et qui, multi compressions et léchage de studio oblige (j’adore ce terme c’est ambigu mais c’est vraiment de çà qu’il s’agit, un disque bien léché) perd un peu de sa hargne, pourtant bien présente. Au final ? Public averti et curieux de découvertes pour un album solide et bien foutu, qui ne changera pas l’histoire du genre mais donne envie d’en voir plus de ce groupe qui viens des US sans tomber dans les facilité des productions trop FM (quoique parfois le piano langoureux…. Ouch quand même)
 
Critique : Thomas Enault
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 117 fois