Chronique

INGLORIOUS - II / Frontiers records 2017

Après un petit retard à l'allumage j'ai fait la découverte de ce groupe Britannique mené par Nathan James (Uli Jon Roth) qui aujourd'hui nous livre sans perdre de temps son deuxième opus. Un voyage dans le monde du hard rock du vrai qui va vous être compté.

Ça commence fort avec « I don't need your loving » malgré ses quelques notes calmes. Un gros mid tempo puissant qui sent la poudre et bien mis en son pour un bonheur total ! Sans rien lâcher « Taking the blame » arrive avec plus de rythme et enfonce le clou ! Il est bon de constater que les concerts ont fait du bien au groupe qui va encore plus à l'essentiel et évite d'en faire trop.
On reprend son souffle le temps de l'intro de « Tell me why » qui nous envoie du groovy à souhait au refrain incendiaire ! Je note aussi un très gros travail sur le chant de Nathan qui n’essaie plus d'en mettre partout. Un chant plus posé qu'il réussit à merveille. « Read all about it » arrive à grand coup de rock vitaminé. La puissance que délivre le groupe est assez impressionnante et si elle est la même en concert ça va faire des ravages !!!
Le groupe nous en donne encore avec un « Change is coming » très Whitesnake qui fait la part belle aux jolies mélodies et à la sensualité. Un peu de blues avec « Making me pay » qui permet de calmer le jeu quelques instants. Un très bon titre que voilà.
Le hard décapant retrouve son envol avec « Hell or high water » très proche de ce qu'on a pu trouver dans le premier opus. Un titre pour le live assurément !! Et « No good for you » confirme les bonnes intentions du groupe dans ce titre groovy et rythmé. Que du bon...
On plonge dans les 70' avec « I got a feeling », un mix entre Deep Purple et Free, qui envoie des pieds ! A noter un beau duel de guitares à l'ancienne. Le blues diabolique revient pour ce « Black magic » possédé ! Une fois de plus les esprits des 70' hantent cette chanson mystique.
La ballade « Faraway » arrive tard mais cela ne pose aucun problème. Un moment à la Glenn Hughes qui voit une très belle performance de Nathan James. Tout cela ce termine par « High class woman » un hard mélodique classique qui malgré tout fait son boulot même si elle reste un peu en dessous du reste.

Conclusion : Inglorious a corrigé les quelques défauts de son premier opus pour nous offrir un second efficace et calibré pour réussir ! Du très, très bon hard rock qui fait du bien par là où il passe ! Il va falloir compter sur eux !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 231 fois