Chronique

CARACH ANGREN - DANCE AND LAUGH AMONGST THE ROTTEN / Season of mist 2017

Le black metal symphonique n'a pas disparu, il a changé de nom. Pour le trio Carach Angren, c'est du horror métal, une appellation qui décrit leur approche très cinématique et narrative, autour des histoires que l'on se raconte pour se faire peur. Le sérieux de leur démarche ne fait aucun doute, et nous pourrions aller jusqu'à dire que ce sixième album devrait les propulser au rang de référence dans le genre.

Tout ça, un peu grâce à l'expérience de Clemens Wijers, qui a passé un cap au clavier grâce à ces collaborations avec Lindemann et Pain. Pour une orchestration synthétique, le niveau est plus élevé que jamais et donne ce supplément d'âme qui manquait tant à son prédécesseur, This is no fairytale, trop direct et trop facile. Il vous sera possible de vous faire une idée précise avec la vidéo de Charles Francis Coghlan, qui évoquera pour certains ce bon vieux temps où Mustis était derrière les claviers de Dimmu Borgir.

De la même façon que leurs lointains cousins norvégiens, les néerlandais étendent leur influence musique à d'autres registre moderne. Blood Queen et son death mélo très martial, In de Naam Van de Duivel doté d'un son industriel et coreux feront de cet album une des meilleurs expérience de cette année 2017.

Les histoires se suivent et ne se ressemblent et cette fois-ci livre un récit parfaitement équilibré et une puissance occulte à en faire des cauchemars. BrRrRrr !

Tracklisting
1.Opening
2.Charlie
3.Bloodqueen
4.Charles Francis Coghlan
5.Song for the Dead
6.In De Naam Van De Duivel
7.Pitch Black Box
8.The Possession Process
9.Three Times Thunder Strikes
 
Critique : Weska
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 57 fois