Chronique

SMOKEHEAD - FROM THE ABYSS / Autoproduction 2017

Voilà, c’est la rentrée … la reprise du boulot, le retour du stress, la grisaille qui redébarque (enfin, surtout chez moi) … Mais j’ai envie de vous donner encore une touche de soleil avec SmokeHead…

Une formation « Made in French Riviera », originaire de Cannes, mais qui nous propose pourtant un bon rock Post-Stoner, sobre mais puissant, avec un petit plus : des influences clairement metal !
Pour vous donner une petite idée de ce que vous allez écouter (bien que pour ce groupe, j’ai un peu de mal à trouver comparaison, tant ils allient stoner à l’américaine et une « French Touch »), je vous dirai … Nickelback... Mais pas le Nickelback d’il y a une dizaine d’années, spécialisé dans la chanson pour midinette ! Le dernier plus rock, plus puissant et surtout plus intéressant !
Après cette petite présentation, plongeons maintenant dans les abysses de la French Riviera !

Lançons-nous avec l’intro résolument sombre de From the Abyss… 49 secondes pour te préparer à la suite de l’album, qui s’enchaîne parfaitement à The Dakota Fire Hole, avec son tempo des plus pêchus, ce son incisif et cette voix qui me surprend, à vrai dire … Mélange de Corey Taylor (Slipknot/Stone Sour) et Ivan Moody (Five Finger Death Punch). Sur ce morceau tu comprends clairement que tu ne te passeras pas cet opus en mode « berceuse » ! C’est Stoner ! C’est Metal ! C’est bon !!

Suivra le redoutable Crave et son désopilant « Bang Bang » que tu répèteras tout au long de ce titre …je le sais déjà ! Riffs efficaces, directs ! On est sur la même lancée ! Tellement grisant !
Les premières notes de Fire résonnent et me plaisent déjà … refrain entêtant, c’est puissant, la basse s’impose, la guitare s’énerve, le tout donnant des notes plus metal … Et je dois vous confier que ce morceau est un de mes coups de cœur de cet album !
Cette fois, c’est au batteur de se défouler sur Black & White, accélérant encore la cadence ! Ces mecs ont une telle pêche, c’est communicatif ! que ce soit tes pieds, tes doigts, ta tête ou tout ton body, tu te bougeras, crois-moi !
Petite interlude avec LA balade de cet album Would you wait for me ? et là tu peux prendre conscience, d’une part, du coffre du chanteur, puis d’autre part, de cette capacité de passer de morceaux franchement pêchus à une balade … dans laquelle les musiciens s’allient parfaitement aux paroles, te transportant dans une atmosphère emplie de souffrance puis d’espoir, amplifiée par un solo qui clôturera ce titre..
Après cette petite pause douceur, on nous emmène passer du bon temps sur la Riviera (dont le clip te donnera une idée du point auquel ce combo est perché !), c’est frais, ça bouge, c’est électrisant ! Et ça sent le soleil !!
En toute logique suivra Home, bien sympa, mais je dois dire que j’ai trouvé ce titre peut-être moins « attractif », il passe bien, mais je doute qu’en l’entendant, tu focalises dessus dans l’ensemble, à part sur le solo de fin.

On accélère le rythme par contre sur Contamined ! Alliance d’un chant plutôt clair et de gros son bien brut : J’en ai même fini par rejoindre les chœurs et accompagner le batteur (dans un gros n’importe quoi, certes, mais le cœur y était ;) )
Pour la suite, ce sera l’accrocheur Let me down, bien moins « léger », bien plus sombre, plus énervé et forcément plus imposant et saisissant par ses paroles, musicalement aussi. Ce morceau me plaît beaucoup ! vraiment !
On repart sur une seconde balade avec Desire. Décidemment, ils excellent tout autant dans ce style : elle est douce, enivrante, son solo lascif … je dois avouer que j’aimerai beaucoup voir ce qu’elle donne en acoustique, lors d’un live …

C’est maintenant, le moment de se réveiller : Crawling in the Night débute ! Du son bien gras et lourd que tu prends en pleine face ! Avec ce couplet qui commence de façon si suave, pour continuer plus envoutant encore … il est bon aussi, ce morceau !!
Quant à Bleeding on the Dancefloor, je dis OUI ! Parce que c’est bien ce que ce titre me donne envie de faire ! Il est entraînant, énergique ! Il te donne juste envie de bouger et de t’éclater !!
On terminera cet album en douceur avec To the Abyss, pas de texte « love » pour cette troisième balade, celle-ci nous plonge dans le mal-être, dans un profond tourment, ce qui ne la rend que plus intéressante.. la guitare y est apaisante, accompagnée d’une sacrée démonstration vocale. Morceau assez paradoxal quand on y pense, par rapport au reste de cet opus. Là on se dit que ce groupe a une sacrée palette en fait, car les titres se sont enchaînés sans se ressembler !!

Conclusion : Si la morosité de la rentrée s’est déjà installée, SmokeHead te la fera vite oublier avec cet album qui te redonnera la pêche !! Ce groupe transmet une telle énergie sue « simple CD », qu’il donne vraiment envie d’être découvert sur scène !!
 
Critique : Anais
Note : 8/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 554 fois