Chronique

SCHERER & BATTEN - BATTLEZONE / MelodicRock records 2017

Voici un duo plutôt intéressant. D'un coté Marc Scherer découvert garce à Jim Peterick et de l'autre l’héroïne de ma jeunesse Jennifer Batten, guitariste virtuose connue pour avoir été au coté du King of pop Michael Jackson et avoir fait 3 albums instrumentaux. Alors que va donner cette réunion.

On débute avec « Crazy love » qui nous offre du hard mélodique limite Aor comme on pouvait s'y attendre. Rien d'exceptionnel mais un bon titre qui met en évidence les personnalités de chacun. Puis « Rough diamond » arrive avec un esprit Jim Peterick très prononcé (normal c'est lui qui a composé cet album). Un bon morceau que voilà.
« What do you really think » et son esprit Journey continue cet album dans un univers fun et mélodique gavé de bonnes guitares. Alors oui ça manque cruellement de personnalité et peut être de folie mais ça passe tout de même bien. Avec « The sound of your voice » on remet le rock bien en place et on s'imagine sur les routes de la cote ouest américaine cheveux au vent.
« BattleZone » débute sur une démo de Jennifer qui prouve qu'elle n'a rien perdu de son talent et nous offre un petit titre décapant qui fait un effet bœuf  !! Que du bonheur ! Après cette petite tuerie « Cuts deep » prend le relais pour du calme. Un mid tempo ultra mélodique et cliché qui malgré tout fonctionne assez bien.
« The harder i try » débute et ressemble énormément à Foreigner (il y a même du saxophone c'est pour dire) et nous livre une ballade malheureusement sans personnalité car l'ombre du groupe de Mick Jones est bien trop présente. On espère se rattraper avec « Dreaming with my eyes wide open » qui est une sorte de single sirupeux qui ne casse pas trois pattes à un canard en plastique. De plus on ne peut s’empêcher de penser à Prides Of Lion.
« Space and time » ne retrouve pas vraiment de rythme avec ce titre mélodique à souhait, sauf lors d'un refrain plus entraînant. Sympa sans plus. Avec « Tender fire » on continue sur de l'agréable qui se laisse bien écouter et se réveille sur la fin avec son accélération bien sentie. Dommage qu'on ait un peu perdu en intérêt au fil de l'album. Voici le dernier morceau avec « All roads » une sorte de ballade qui vient adoucir des propos déjà bien doux. On se laisse quand même prendre par un joli refrain.

Conclusion : On ne peut pas vraiment dire que ce duo soit exceptionnel car trop formaté et entaché par la forte personnalité de Jim Peterick, mais nos deux amis s'amusent bien et font le taf. Si vous aimez le hard mélodique cet album peut vous plaire.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 61 fois