Chronique

LABYRINTH - RETURN TO LIVE / Frontiers music 2018

Album mythique du power metal sorti en 1998, l’album Return To Heaven Denied vient percuter le public metal et découvre le chanteur Roberto Tiranti (oui, sur le premier album du groupe, c’était Fabio Lione au chant).
L’année dernière, le label Frontiers décide de relancer le groupe, qui après moult changement de line up revient avec Roberto Tiranti au chant.
Avec cette réunion et la tendance / mode actuelle à reformer des groupes mythiques (Helloween, Rhapsody pour ne citer qu’eux) puis les lancer dans une tournée / sortir un disque live etc. Il était donc logique qu’un album live issu du concert spécial réalisé lors du Frontiers Festival en octobre 2016 soit fait. Concert pour lequel l’album Return To Heaven Denied est joué en intégralité.

Autant dire que dès les premières notes on apprécie la qualité de l’enregistrement. Loin des bootlegs officiels dont nous avons l’habitude chez ce label, mais un son live propre et vrai. Le côté retouche studio se ressent mais l’ambiance est là et c’est ce qu’on veut.
Entendre le groupe débuter son set sur Moonlight c’est comme se refaire une nouvelle jeunesse et on sent / sait que l’on va passer un bon moment.
Ce sera le cas à quatre vingt dix pour cent. Pourquoi ce chiffre ? Une seule et bonne raison: Roberto Tiranti. Mais qu’est-ce qui lui prend de partir en voix de tête comme ça ici et là? On dirait que l’on égorge un canard. Certes ces moments sont brefs mais suffisant pour ne pas faire ce cet album la pépite parfaite qu’il aurait pu être.
Honnêtement, « Mais pourquoi?! ». Tout est si bien, que ce soit niveau musical, ambiance et chant. Ces hits comme « Heaven Denied » ou encore la magique « Lady Lost In Time ». Du pur bonheur. Mais cet écart vocal est une fausse note conséquente. Alors oui, on apprécie le fait que cela n’ai pas été retouché en studio - ça reste vrai. Le choix de prendre des notes un peu plus basses aurait été peut être plus judicieux.

Quoi qu’il en soit, cela reste un album live conseillé et recommandé, rendant hommage à cette petite perle de 1998.

 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 153 fois