Chronique

BOREALIS - THE OFFERING / Afm Records 2018

Les Canadiens de BOREALIS sont de retour avec leur 4ème album studio : The Offering, qui sortira le 23 mars prochain.

Après un premier album sorti en 2008, qui leur a permis de faire la première partie des plus grands comme Kamelot ou Epica lors de leurs tournées canadiennes, le combo a ensuite sorti un second opus en 2011, puis un troisième en 2015, leur permettant, lui, de se faire connaître aux Etats-Unis et également en Europe où ils ont fait plusieurs festivals.

Maintenant que les présentations sont faites (pour ceux qui les découvrent aujourd’hui) penchons-nous sur ce 4ème opus pour voir ce qu’il nous réserve !

L’intro de The Fire between us ne trompe pas ! Il s’agit bien là de metal mélodique ! Le morceau est puissant à souhait ! La batterie et les riffs sont lourds, quant aux chœurs et à la voix de Matt Marinelli, ils apportent une ambiance plus aérée à ce titre. C’est à la fois « musclé » et délicat. Sign of Return débute par quelques notes semblant sortir tout droit d’un film d’horreur. La suite y est tout aussi sombre, même le chant lyrique apporté par une jolie voix féminine donne le sentiment d’être enveloppé d’une sorte de force lugubre. Un titre plutôt troublant. On montera crescendo dans la noirceur apparemment, avec The Offering, des touches plus modernes à vrai dire, qui envoient du lourd. Un son plus énervé, plus énergique, avec un solo vraiment prenant. Très bon choix de faire de ce titre, le titre éponyme de l’album. River sera elle bien plus incisive, brute, laissant planer une atmosphère de plus en plus pesante, sensation amplifiée par ce breakdown à la double pédale en outro. On dirait que le batteur se lâche de plus en plus au fil des morceaux, c’est ce qui s’en dégage sur The Second Son, le rythme y est percutant, voire agressif et les 4 autres musiciens semblent suivre avec grand plaisir cette cadence survoltée. Encore une surprise ce morceau ! Mmh. Vous prendrez bien une petite balade ? C’est ce que vous offre The Devil’s Hand. Une guitare acoustique, un violon, une mélodie planante, un chant doux. Un morceau tout simplement apaisant ! Enfin, pendant un temps… parce qu’au bout de trois minutes : petite claque ! Une trentaine de secondes surprenantes et énervées avant un retour au calme. Un début tout aussi paisible sur Into the Light. Mais rassurez-vous, ça ne dure pas bien longtemps. Le groupe semble vouloir nous éviter un choc trop brutal. Mais ce titre est au final bien tumultueux. On y sent une sorte de fureur, d’agitation. Le combo nous donne un titre bouillonnant, taillé pour la scène. Retour sur une ambiance mélancolique avec Scarlet Angel, le chant y est plus grave, plus dur, la basse bien lourde, les riffs plus obscurs… Le clavier, plus en retrait lors des couplets, apporte une touche plus brute à ce morceau. Ensuite, viendra le titre sur lequel j’ai peut-être le moins accroché : The Awakening, rien de bien grave, mais je l’ai trouvé peut-être moins original que les précédents, moins prenant. Mais le groupe sait immédiatement remédier à ça, avec The Path : un petit peu plus de deux minutes de guitares endiablées, sans chant. Un délicieux voyage ! Des soli saisissants, on se laisse transporter pour un court moment. Reprenons maintenant nos esprits, Forever Lost est là pour nous sortir de notre torpeur, c’est sûr ! C’est pêchu, le refrain est entêtant : c’est efficace, tout simplement ! Cet opus se terminera par The Ghosts of Innocence, une petite mélodie pour commencer, puis c’est l’explosion finale. Le groupe nous a réservé toute sa hargne pour ce dernier titre. Une force se dégage de ce morceau, c’est surprenant ! J’appelle ça finir en apothéose !

Conclusion : On peut dire que les musiciens de ce combo se complètent à merveille. Aucun instrument « n’est mis de côté » et aucun ne prend le pas sur les autres, pas même le chant ! Et c’est assez rare pour être souligné ! Quant à l’album, il s’écoute d’une traite, aucun de ses titres n’est lassant, ce qui peut facilement être le c as dans le « mélodique ». BOREALIS signe un retour en force.
 
Critique : Anais
Note : 7.5/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 465 fois