Chronique

LORDS OF BLACK - ICONS OF THE NEW DAYS / Frontiers records 2018

Le nouvel espoir du Heavy Espagnol débarque avec son 3ème album. Toujours mené par Ronnie Romero de plus en plus en vue, allons voir ce que cette nouvelle icône nous propose.

On débute dans le vif du sujet avec un « World gone mad  » qui poursuit là où II nous avait laissé. Un Heavy métal mélodique très Masterplan. Une entrée en matière classique qui demande à être développée. «  Icons of the new days  » le sera t-il ? Son début poussif ne le semble pas et sa suite très mélodique non plus. Un titre sympa mais qui ne permet pas à cet opus de décoller.
Un nouveau mid tempo débarque avec «  Not in a place like this  » qui même si il est bien fichu fait s’enliser de plus en plus ce nouvel album. Enfin un peu de rythme pour «  When a hero takes a fall  » qui réveille. Un titre efficace qui fait son boulot. Pourvu que ça dure ! «  Forevermore  » se trouve le cul entre deux chaises. Un mid tempo rythmé qui ne fait pas trop retomber une pression instable. Certes Ronnie est excellent au chant et semble porter le groupe à bout de bras mais ça ne suffit pas.
La piano intronise «  The way i'll remember  », qui n'est pas la ballade. Juste un mid tempo de plus, ultra mélodique avec de grosses guitares Heavy. En bref rien de bien original. On ralentit et durcit le côté mélodique avec un «  Fallin'  » toujours bien fichu mais toujours aussi poussif. Il n'y a pas grand chose de folichon par ici.
C'est dur de rester concentré sur un opus aussi mou, et pourtant il faut s'accrocher ! «  King's reborn  » arrive en mode Heavy, mais toujours aussi mollassonne que le reste ! Quelle frustration non de non !! Ca ne décollera donc jamais ? Est-ce que ce «  Long way to go  » va être relevé au vu de son riff rentre dedans ? Presque, il y a du mieux indéniablement, mais ce n'est pas du speed non plus. Un esprit légèrement oriental vient à nous pour «  The edge of darkness  ». Que dire de plus que ce que j'ai déjà dit, tant cet album s'évertue à faire toujours la même chose.
La baston semble arriver avec «  Wait no prayers for the dying  » mais voilà elle arrive bien trop tard et se transforme plus en quelques tapes un peu fortes. Pour finir comme si cet album n'avait pas déjà été assez long, voici «  All i have left  » et ses 12 minutes !! Un long titre pas très épique qui représente à lui seul cette longue frustration à son écoute.

Conclusion : Vous l'aurez donc compris cet album n'est pas un exutoire loin de là ! Une collection de mid tempo entre mélodique et heavy qui malgré leurs qualités intrinsèques font qu'on s'ennuie à son écoute. Le souffle chaud du deuxième opus est bien loin dorénavant...
 
Critique : Guillaume
Note : 6/10
Site du groupe :
Vues : 126 fois