Chronique

ATREYU - IN OUR WAKE / Spinefarm Records 2018

Les choses s’accélèrent avec Atreyu avec ce nouvel album arrivant trois ans après le correct LONG LIVE (s’accélèrent car il avait fallu attendre 6 ans la dernière fois pour avoir un nouvel album, ndlr). La pochette reste dans les standards du genre, sans grande innovation avec, si on le regarde bien, des hommes assis qui sillonnent le paysage.

Débutant avec la même idée que l’album précédent, le titre éponyme annonce la couleur. Du gros rock pro et carré américain avec un tendance à dire que le groupe s’ « Offspringanise ». C’est bon, c’est accrocheur et c’est taillé pour toucher plus de monde. Une bonne entrée en matière qui est suivie par « House of Gold » plus posée niveau rythme mais qui est toujours puissante et un tantinet plus mélodique et envolé; ce qui est intéressant car la redondance et la routine ne font pas partie intégrante du language musical du groupe. « The Time is now » le confirme et nous la régale, imaginant parfaitement ce morceau dans une bande originale de film façon Sin City ou encore Max Payne. Sombre, appuyé par choeurs histoire de faire monter la pression.

L’enchainement des chansons se fait d’ailleurs sans difficulté, avec au passage une bien jolie ballade au milieu de l’album qui comme l’expression le dit ‘tombe à pic’. En effet, « Terrified » nous berce et nous permet de nous évader avec cette fois ci Brandon en chant lead (voix claire, ndlr) et c’est transperçant.
La dynamique reprend immédiatement après avec « Safety Pin » . Le répit ne se fait pas, sans parler de l’absence de toute sensation de lassitude jusqu’au bout de l’album.
Ce dernier se termine d’ailleurs sur deux très bons titres. « Anger left behind » moderne et révolté nous met une bonne grosse claque, certainement la plus importante de cet album. Le final se fera avec une douceur extrême et mélodique avec ce « Super Hero » envolé et qui nous laisse rêveur.

Alors oui le groupe fait prend une tournure musicale plus ouverte niveau public, un peu comme Bullet For My Valentine, mais il garde sa ligné directrice et nous offre là un bien bon album qu’il ne faudra pas négliger.
 
Critique : Lionel
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site du groupe
Vues : 83 fois