Chronique

IMPELLITTERI - THE NATURE OF THE BEAST / Frontiers records 2018

Voilà le retour du guitar-héro Chris Impellitteri pour sa 11ème œuvre et même si on sait en général à quoi s'attendre ses fans sont plus qu'impatients de l'écouter. Alors prêts pour des descentes de manche interstellaires ? Moi oui !!

Ça commence fort avec « Hypocrisy » qui envoie un sacré riff bien métal. Avec un tel début on ne peut qu’être ravi ! Vivement la suite ! Celle-ci se nomme « Masquerade » et c'est du pur Impellitteri, oui rien de bien nouveau à l'horizon mais ça fonctionne, même si la fin est un peu trop répétitive.
Place au single « Run for your life » qui là encore speede à mille à l'heure et offre ce que notre guitariste maîtrise parfaitement, bien aidé par un Rob Rock toujours aussi bon, notre groupe est en forme. Petite réinterprétation du « Phantom Of The Opera » d'Andrew Lloyd Webber qui n'apporte pas grand chose à par une flopée de notes de guitares. Amis de la subtilité passez votre chemin.
On ne ralentit pas le rythme avec « Gates of hell » qui poursuit nos aventures à fond la caisse. « Wonder world » semble plus soft pour ne pas frôler la folie. Un titre convenable même si on a évidemment la désagréable impression à chaque chanson de l'avoir déjà entendue. Et le mid tempo « Man of war » ne déroge pas à cette règle.
Deuxième reprise avec le « Symptom Of The Universe » de Black Sabbath passée à la vitesse de la lumière. Les fans du groupe d'Ozzy crieront au scandale et je ne peux pas vraiment leur en vouloir. Reste une base exceptionnelle bien sûr et un Rob Rock convaincant !
Voilà une très bonne question avec « Do you think i'm mad » qui arrive juste après Ozzy, une coïncidence ?? Un titre rythmé et très 90' qui rappelle les premiers albums du maître à penser. « Fire it up » quant à elle ne créée pas trop de sensation car trop convenue.
« Kill the beast » attaque fort et te prend à la gorge ! Oui ici ça sent le meurtre. Un titre qui ne rigole pas et file presque les chocottes. On termine par « Shine on » un mid tempo puissant qui fait le ménage sur son passage. Une manière de finir comme on en commencé : En force !!

Conclusion : Impellitteri c'est comme Malmsteen, on sait que chaque album sera similaire aux précédents, mais contrairement au maître Suédois, l'Américain propose encore de bonnes choses, même si ici il n'y a pas grand chose de neuf à se mettre sous la dent. En tout cas l'envie, elle est bien là et c'est déjà ça.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 97 fois