Chronique

PERSUADER – THE HUNTER / Dockyard1 2005

En attendant le troisième album de Persuader, voilà que leur nouveau label Dockyard1 a eu la bonne idée de rééditer leur premier album ‘The Hunter’ réalisé à l’origine en 1999 et distribué à l’époque, uniquement que par feu N.T.S, c'est-à-dire uniquement en France. Pour ceux qui ne le savent pas, Persuader a été éjecté de Sanctuary Records avec une autre ribambelle de groupes. Les raisons ? Inconnues. Quoi qu’il en soit ils reviennent, et si vous avez aimé le Evolution Purgatory vous aimerez cet album.
 
Un tour des stations radios pour entamer le premier morceau « Fire a twill » qui d’entrée met les choses au clair. Le groupe n’est pas là pour faire dans la dentelle et un gros heavy teuton et dynamique déboule sans crier garde, avec des riffs pétaradant. La surprise vient de la voix de Jens qui à l’époque n’a pas encore son timbre Purgatoresque même si sa voix est énorme. Mais ne vous en faîtes pas cela passe très bien et « As you wish » nous le confirme avec une arrivée assez Hansenienne et puissante. Un bon power speed comme je l’aime tant et qui déchire tout sur son passage. Le côté sombre de la musique embellie l’ensemble et la mise en avant de la basse s’additionne parfaitement au reste.
Pas de temps mort, voilà que « Cursed » se pointe et nous met une belle claque sur la joue droite. Cette fois ci c’est un mélange de Blind Guardian et de Gamma Ray (savant mélange en tout cas) qui se met en place et qui se laisse déguster sans problème. Le chant est parfait et nous procure pleins de bonnes sensations, tout comme le super solo guitare de Emil… en avant mimile ! Le titre track est là, et c’est le morceau le plus long de l’album avec ses 7min. Ce « Hunter » arrive avec des voix bizarres style Ra dans le film de Stargate. Tout ça avant de se prendre un morceau dantesque dans la caboche. Le coup derrière la nuque fait bien mal et la tête commence à tourner. Enormissime, je vous le dis.
Morceau court avec « Secrets » qui se trouve être un instrumental détonnant et entraînant, tout en restant épique. Un vrai bonheur. Retour à la normale avec « Escape » qui arrive en mid tempo avec un break et c’est le départ pour un lâcher de d’énergie sans aucune retenue. Une bonne dose de courant qui se poursuit avec « And there was light » qui vient nous titiller les tympans et nous faire tourner encore et encore la tête par ses notes fusantes et enchanteresses. La voix vient mettre un coup de massue supplémentaire sur ce morceau qui est un hit.
Pas de chichis, le repos on y a pas droit, et c’est prouvé avec « Heart and steel » qui vient s’occuper de notre joue gauche (ben oui, elle avait pas pris de coup encore). Un mid tempo bien puissant et bien bon. Et voilà déjà le dernier morceau de l’album. Il se nomme « My life for you ». Et là c’est une fin énorme avec ce speed puissant et diabolique de par sa rigueur et sa beauté.
Petit cadeau pour les fans, il y a deux bonus track, extraits de leur démo « Visions and dreams », et ils se nomment « Escape » et « Cursed ».
 Conclusion : un super premier album qui méritait bien une réédition tant il est bon ! A posséder si vous êtes fans de heavy puissant et speed. Un bon bijou.
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : site officiel de Persuader
Vues : 1446 fois