Chronique

KADINJA - SUPER 90\' / ARISING EMPIRE 2019

Nous ne comptons plus les groupe qui disparaissent de notre radar aussitôt déclarés révélation de l'année. Pour Kadinja, c'est différent. Ils l'ont fait. Ascendancy, sorti en 2017, connaît une suite, et tant mieux. A présent reconnus de leurs pairs, les français affinent et affirment avec ce Super 90' leur style inspiré de la djent.

Deuxième album, le fruit est mûr. Kadinja a progressé d'un coup dans tous les domaines : production, composition, chant, impact, atmosphère. En fait, par où commencer ? Et bien par le début pardi ! Car Empire dévoile tout.

Les cordes font dans la démonstration avec des compositions djent exécuté avec virtuosité et des sonorités plus curieuses les unes que les autres. Ça rappelle effectivement les années 90', les débuts de la 7 cordes et les premiers travaux de KoRn, mais les idées ici sont bien ancrées dans le métal progressif moderne. Pour exemple The modern rage présente une guitare qui fait du scratch comme un son vrombissant dans les graves à quelques doigts de ressembler à Bleed de Meshuggah. La recherche de sonorités nouvelles apportent la différence par rapport à Ascendancy, et doublé du caractère très joueur des guitaristes, Kadinja détient les éléments qui font la différence. Le twist. Véronique titre central de l'album, et écho à Dominique de l'album précédent, se veut un empilement des meilleurs idées du groupe pour cet album et la meilleure illustration.

Mais sur Véronique, au-delà des cordes, il y a bien sûr les autres zikos. La batterie est ouffisime, pour le djent est un euphémisme, mais alors la voix de Philippe Charny Dewandre est une véritable surprise. Un coup de fusil, la cerise sur le gâteau. Mal mis en valeur sur Ascendancy, il se révèle sous son meilleur jour en permettant à sa voix de s'envoler sur la partie chant clair, tandis qu'il jouera par ailleurs de contrastes sur ces différents chants éraillés typiques des meilleurs groupes de métal extrême moderne.

Passé l'instrumentation, il reste les compositions. S'il y a encore ça et là des traces des influcences de Periphery, Kadinja opte pour une formule européenne qui donne une large place aux moments planants, typés TesseracT. Un contraste assez choquant avec la virtuosité et les boulets de canon envoyés par le growl au chant.Strive est pour cela particulièrement impressionnant et déstabilisant. Par ailleurs, ces moments planants forment une porte ouverte à une interprétation acoustique de leur titre Episteme qui permet de croire en la possibilité de concert acoustique plus régulier, notamment en compagnie de Klone.

Super 90' est un album riche en détails et en textures, donnant à sa partie conceptuelle une lecture tout à fait facultative. Il y a donc de longues heures à passer sur cet album. Des écoutes contemplatives avec une sacré dose de cassage de tronche.

Line-up
Philippe Charny Dewandre : chant
Pierre Danel : guitare
Quentin Godet : guitare
Steve Treguier : basse
Morgan Berthet : batterie

Tracklist
01. Empire
02. From The Inside
03. The Modern Rage
04. Icon
05. The Right Escape
06. Véronique
07. Episteme (acoustic)
08. Strive
09. Muted Rain
10. House Of Cards
11. Avec Tout Mon Amour
 
Critique : Weska
Note : 8/10
Site du groupe : Page facebook
Vues : 117 fois