Chronique

YNGWIE J MALMSTEEN - BLUE LIGHTNING / Mascott records 2019

Notre génie Suédois nous revient, après 3 sorties de plus en plus décevantes, armé d'un vrai label et d’un opus majoritairement constitué de reprises et lorgnant vers le blues. Une bonne chose quand on se rappelle du très bon 'Inspiration', qui me redonne confiance. Allez c'est parti.

On débute par une nouvelle composition du maître avec « Blue Lightning » qui est plutôt sympa et inspirée sans être non plus une tuerie. Une entrée en matière qui rassure quelque peu. S’en suit le célèbre « Foxey lady » de Jimi Hendrix, qui se retrouve dans une version sur vitaminée et gavée de guitares, presque jusqu'à l’écœurement. Pas la meilleure version que j'ai entendu mais bon ça reste groovy.
Étrangement on y retrouve le « Demon's eye » de Deep Purple déjà présente sur 'Inspiration'. Un des titres préféré du maître, qui arrive à lui donner sa personnalité sans trop la dénaturer. Sachant que comme depuis 2 opus c'est Yngwie lui-même qui s'occupe du chant, c'est un bel exploit. Une instrumentale à lui avec « 1911 Strut », qui groove à fond les ballons et remue du popotin. Un boogie endiablé fait de notes du diable. Ça envoie sévère et ça réveille !!
Le « Blue jeans blues » des ZZ Top arrive et il est drôle de voir l'énorme grand écart entre un Billy Gibbons qui en fait peu en choisissant ses notes et un Yngwie Malmsteen qui en fait mille à la seconde (peut-être même que rien que dans ce titre il y a autant de notes que dans la carrière de Billy tout entière.). D'ailleurs fait étrange c'est le premier vrai titre de Blues de l'album qui est censé en être un. Perso je trouve cette version très réussie et Yngwie convainquant au chant et plein de feeling. Retour à Jimi Hendrix avec « Purple Haze » là aussi sur-boosté. Une version sous stéroïde, qui lui fait perde un peu de sa subtilité. Malgré son amour inconditionnel à Jimi, ça ne l’empêche pas d'en faire ce qu'il veut !
Place aux Beatles et à « While My Guitar Gently Weeps » la plus belle composition de Georges Harrison. Qui est ici très bien respectée même si perso je lui préfère la version faite par Toto. Mais une réussite quand même. 3ème nouveau morceau avec « Sun's Up Top's Down » un vrai blues aux paroles limite caricaturales (il n’a pas dû se fouler à les écrire!!) qui laisse une impression étrange entre vrai blues à l'ancienne et morceau fun et débile (je vous laisse découvrir le clip si ce n'est pas déjà fait, un pur plaisir de mégalomanie à des années lumières du vrai blues). Deuxième instrumentale avec « Peace, please » dernière pièce du maître qui n'apporte pas grand-chose à sa discographie. Du déjà entendu mille fois qui passe en attendant la suite.
Celle-ci est des plus étonnante avec le « Paint it black » des Rolling Stones, ici reprise mais dans une version vraiment personnelle !! Un peu déstabilisant de voir ce titre choisi quand on sait que les Stones ont fait de vrais titres Blues. En tant que fan du groupe, je ne sais pas trop que penser de cette reprise.
Une grosse surprise de voir le tube « Smoke on the water » du pourpre Profond, qui là aussi n'est pas à proprement parlé du Blues. Une version qui n'apporte pas grand-chose mais qui reste convenable. On finit avec « Forever man » d'Eric Clapton qui là aussi voit une sacré différence de jeu de guitare. Mais Yngwie lui insuffle une paire de c… enfin vous avez compris qui lui sied à merveille. Peut être bien l'un de ses meilleur choix pour cet opus !!

Conclusion : Pour son retour notre génie Suédois aura réussi à retrouver un peu d’intérêt surtout à travers ses reprises pour le moins personnelles et finalement pas si Blues que cela. J'espère que cela lui permettra de se remettre sur le bon chemin, mais cela est une autre histoire bien complexe j'en ai bien peur !
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 153 fois