Chronique

THE END MACHINE - THE END MACHINE / Frontiers records 2019

Groupe réunissant les ex Dokkens George Lynch (guitare), Jeff Pilson (basse) et Mick Brown (batterie) ainsi que le chanteur Robert Mason (Warrant, ex Lynch Mob) The End Machine est en quelque sorte la suite du très réussi T&N. Alors c'est tout enthousiaste que je me lance à sa découverte.

Le premier titre « Leap of faith » montre un mid tempo sympa qui met en valeur nos protagonistes mais manque un peu de peps pour un départ canon. Espérons que la suite soit plus à la hauteur. Ça semble être le cas avec « Hold me down » qui est plus rythmé. Un bon petit moment qui lance cet opus.
Riff lourd à la Ac/Dc pour « Ain't no game » qui se poursuit sur quelque chose de plus calme (à la Dokken) et tue un peu la bonne sensation du début. Trop gentil pour être intéressant. Intro calme pour « Bulletproof » qui lorgne vers le blues, avec ce mid tempo qui ne va pas nous faire sauter dans tous les sens. Pour l'instant ça sent plutôt l'album de papy !!
Enfin ça envoie des pieds avec « Ride it » qui doit dégourdir Mick Brown. De là à dire que ça rappelle les grandes heures de Dokken voir même Lynch Mob il y a un grand pas à franchir. Un peu de calme ça vous direz ?? La ballade « Burn the truth » est là et bien là et je ne sais pas pourquoi je pique du nez.
Avec « Hard road » on lorgne à nouveau vers Dokken mais sans réelle vitalité. On sent un groupe qui ne sait pas vraiment que dire. Et « Alive today » laisse cette même impression. Le groupe est pataud (la prod ne leur rend pas justice car elle aussi n'a aucun relief) et on sent le poids des ans, bien plus que de raison.
Le groupe semble sauver les meubles avec un groovy « Line of division » qui fait enfin de l'effet. Et bien on l'aura attendu celui là. Début calme pour « Sleeping voices » deuxième ballade, plus intéressante que la première. De biens bonnes sensations à son écoute avec une bonne interprétation de Robert.
Aller pour conclure un petit « Life is love is music » bluesy à souhait qui me fait dire qu'il y avait quand même du potentiel mais que celui ci n'a pas été totalement exploité. Frustrant.

Conclusion : Je vais être méchant d'entrée, mais George Lynch, a déclaré concernant l'album, qu'ils avaient travaillé et peaufiné les titres contrairement à ses autres projets actuels (KXM / Ultraphonix) qui sont plus basés sur les jams, et bien force est de reconnaître que c'était pas la meilleure méthode. Un album mou et loin d’être accrocheur, qui ne rivalise pas un instant avec le glorieux passé de ses musiciens. Et dire que T&N avait posé de si bonnes intentions... du gâchis.
 
Critique : Guillaume
Note : 6/10
Site du groupe :
Vues : 119 fois